Week-end noir pour Mazembe et Lupopo

Le dernier week-end n’a pas porté bonheur à trois des quatre « ambassadeurs » du football congolais en compétitions africaines. En Ligue des champions, les deux équipes de Lubumbashi, Mazembe et Lupopo, ont perdu respectivement devant l’APR (0-1) du Rwanda à Kigali, et Dynamos du Zimbabwe (0-1) au stade des Martyrs, à Kinshasa. Quant à Daring Club Motema Pembe, il n’a pu venir à bout du FC 105 de Libreville (0-0). L’unique consolation de la série est l’AS V. Club, qui a ramené le point du match nul face à Panthères de Douala (1-1).

Mazembe domine pour perdre

Vendredi contre l’Armée Patriotique Rwandaise, le TP Mazembe, champion d’Afrique et détenteur de la Super coupe d’Afrique en titre, est tombé sur un contre, après avoir copieusement dominé la partie et raté un nombre incroyable de buts. Avec leur pléiade d’internationaux – Trésor Mputu, Kidiaba, Bedi Mbenza, Kaluyitukadioko, Patou Kabangu, Sunguluma, les « Corbeaux » pensaient faire de modestes Rwandais une bouchée.

La surprise est là, amère, et exige une réparation, deux semaines à Lubumbashi. A défaut, une sortie matinale de la compétition serait le prix à payer au complexe de supériorité, mais aussi à un certain laisser-aller qui commence à se faire jour au sein de l’équipe.

DCMP face à un épouvantail : Tokala

L’ancien gardien de V. Club et de l’équipe nationale, un des héros de l’épopée de 1998 au Burkina Fasso (troisième place et médaille de bronze pour les poulains du sorcier feu Watunda) a paru comme un épouvantail aux yeux des joueurs de Daring, déjà fort perturbés par les querelles de cuisine entre leurs dirigeants. Contrairement à leur sortie face à Fatima de Centrafrique en préliminaires (3-0 et 1-1), ils n’étaient pas à l’aise samedi 20 mars sur la pelouse du stade des Martyrs.

Mal inspirés dans leurs attaques, ils venaient machinalement buter sur le gardien Paulin Tokala qui, il est vrai, a fait étalage de sa longue expérience. De leurs côtés, les joueurs de FC 105 ont joué de la malchance, particulièrement lorsqu’un des leurs s’est présenté seul devant Matampi, en seconde période, en croisant trop son tir. C’était la « balle du match » et du KO pour un Daring Club Motema Pembe tétanisé par sa crise interne.

Le plus difficile reste à faire à Libreville, dans deux semaines. Les vert-blanc gardent encore frais dans leur mémoire le mauvais souvenir de leur élimination, l’année dernière, en terre gabonaise, après avoir perdu à Kinshasa, contre l’ancienne équipe du V.clubien Romaric.

Lupopo l’ombre de lui-même

Le maigre public, qui a pris d’assaut le stade des Martyrs hier, n’a pas reconnu le club de Lupopo qui a franchi, avec brio, le tour préliminaire face à Young Africans de Tanzanie (3-2 et 1-0). Brouillons dans le jeu, Sunzu et ses coéquipiers ont subi la domination physique et technique de leurs adversaires durant les 90 minutes, ne réagissant que par des contres qui se terminaient par des tirs si lointains et si enlevés qu’on pouvait les confondre aux dégagements de la défense.

C’est en toute logique que Dynamos a marqué le but assassin à une vingtaine de minutes de la fin. Tout le monde a compris que le sort de Lupopo était scellé. Le miracle sera-t-il possible à Harare ? Très peu de sportifs congolais y croient.

 V.Club : la grande consolation 

Des quatre clubs congolais engagés en compétitions africaines, c’est V.Club qui inspirait le plus d’inquiétude, en raison notamment de son humiliante défaite, le mardi 16 mars en championnat de la Linafoot, contre Elima de Matadi (1-3) au stade des Martyrs, mais aussi des faiblesses de son entraîneur titulaire, Raoul Shungu, à qui l’on venait d’adjoindre Andy Mfutila. Il y avait aussi le contentieux de la non qualification d’environ six joueurs, finalement réglé à la dernière minute.

Aussi, cest avec soulagement que l’on a appris la bonne prestation des joueurs vert-noir, avec à la clef un match nul (1-1) en principe annonciateur de la qualification à Kinshasa, dans deux semaines. Tout le clan des « Bana mbongo » se met à rêver d’une nouvelle aventure en compétitions africaines, jusqu’à la phase des poules, comme c’était le cas l’année dernière. Mais, la prudence s’impose car, il y a deux ans, le nul de 0-0 arraché devant Astres de Douala au match aller s’était transformé en deuil au match retour perdu à Lubumbashi (1-2). L’adage dit qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu.

                                                                                  Jacques Kimpozo

Leave a Reply