Violation des textes : l’affaire CSAC bientôt en justice

Le non-respect de la procédure de désignation des membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) fait encore couler encre et salive au sein de la corporation des journalistes. L’on vient d’apprendre, aux dernières nouvelles, qu’une plainte, à déposer au niveau des instances judiciaires contre la Présidence de la République, est en gestation. Elle va avoir pour parrain un collectif d’organisations professionnelles des médias, spécialement celles ayant pour missions la promotion et la défense de la liberté de presse, de l’éthique, de la déontologique, des conditions sociales et de travail des journalistes ainsi que des associations de la Société Civile.
L’objectif visé est de faire annuler l’ordonnance présidentielle nommant les membres du CSAC pour non-conformité à la Constitution et au texte organique de cette institution et d’obtenir une Ordonnance révisée selon l’esprit et la lettre du législateur.

Leur combat va s’articuler autour de la nécessité du respect de la Constitution et de la Loi organique portant création, organisation et fonctionnement du CSAC. Elles sont occupées à  ficeler un dossier judiciaire bien documenté pour amener la juridiction compétente à reconnaître que la Présidence de la République a foulé aux pieds la volonté du législateur de laisser le soin et la liberté, à chaque structure partie prenante à cette institution d’appui à la démocratie, de s’y faire représenter par les délégués de son choix.

En ce qui concerne la profession, sa liberté de choix n’a été que partiellement observée, en ce sens que la Présidence de la République n’a agréé que la désignation de Chantal Kanyimbo, ignorant superbement son colistier Martin Mukanya. L’opinion nationale devrait donc se préparer à vivre, incessamment, un feuilleton judiciaire entre la profession journalistique et la Présidence de la République.

Rectificatif

Contrairement à ce que nous avons publié dans notre édition d’hier lundi 22 août, sous le titre « CSAC : mauvais départ » , le professeur Jean-Chrétien Ekambo n’a pas été élagué de la liste des membres du CSAC nommés le week-end dernier par ordonnance présidentielle. Ce journaliste de formation et formateur des journalistes au sein de l’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, dont il est d’ailleurs le Recteur sortant, fait bel et bien partie du ticket du Président du Sénat, avec le journaliste Octave Kambale Juakali.
Jean-Chrétien Ekambo retrouve au sein du CSAC ses aînés de l’Ifasic Célestin Luboya Mvidie et François Atufuka Mbunze.

Kimp

Leave a Reply