Vers un inventaire des gaz à effet de serre en RD Congo

La République Démocratique du Congo est comptée parmi les grands Etats producteurs des gaz à effet de serre(GES) d’une part. Et, elle est parmi les pays qui doivent résoudre les problèmes liés aux questions  environnementales, socio-économiques relatives aux émissions des GES dans le monde entier grâce à son écosystème de l’autre part.

A cet effet, un atelier d’information sur les éléments de conception d’un système national amélioré des inventaires de gaz à effet de serre (Sni-Ges) se tient depuis hier jeudi 24 avril 2014, à la salle de conférence Arche située dans l’enceinte de la clinique Ngaliema. Ces travaux se clôtureront aujourd’hui.

Organisé dans le cadre du processus Nama (Mesures nationales appropriées d’atténuation), cette session a pour objectif de présenter aux parties prenantes les études sur la manière de concevoir un système I-Ges, de discuter sur les améliorations possibles et enfin de valider les études pour un système amélioré des I-Ges en RDC.

Ouvert sous les signes du docteur Trinto Mungangu, coordonnateur du projet Nama, il a souligné que l’inventaire les émissions des gaz à effet de serre (I-Ges) fait parti de la première composante du processus. L’I-Ges est un facteur important pour évaluer la quantité des Ges produits par la RD Congo mensuellement et annuellement, afin de minimiser la pollution de l’environnement et procéder à l’élaboration des projets finançables qui vont contribuer au développement.

Pour sa part, madame Akiko, conseillère au Pnud, a rappelé aux participants l’impact des Ges sur les vies humaines. Evoquant la mise sur pied de la politique d’inventaires réguliers des Ges, elle a fait noter l’importance d’élaborer les meilleures stratégies d’atténuation des Ges. Afin d’éviter  et de minimiser les dégâts qui en découlent, tels que : le changement climatique, la destruction de la couche d’ozone, etc.

Soulignons que les dégâts causés par les Ges sont à la base de la destruction et à l’insécurité alimentaire.

 Thématiques développées

Plusieurs thématiques sont développées au cours de ses assises. Notamment :

-           l’analyse des parties prenantes, l’architecture, outils de collecte de données exposées par Ir Germain Zasy Ngisako. En ce qui concerne les Ges, la collecte des données et leur compilation constituent les deux phases les plus difficiles de l’opération. Pour palier à cette situation, l’orateur a suggéré la création d’une cellule  de compilation qui se chargera du traitement des données et production des rapports des inventaires des gaz ;

-           l’analyse institutionnelle dans la mise en place d’un système amélioré des I-Ges, une matière développée par Onesphore Mutshail, physicien et chef des travaux à l’Unikin, qui a focalisé son intervention sur l’identification et l’analyse des entités dans les différents secteurs socio-économiques producteurs des émissions.

Il a renchéri que la politique de financements sur le changement climatique voudrait que, les pays présentent des politiques claires et nettes avec des données chiffrées fiables en détectant les noyaux institutionnels.

Notons que neuf études sont menées sur l’inventaire des Ges grâce aux données fournies par la Banque Centrale, à la place de l’Institut National des Statistiques qui éprouve quelques difficultés pour les produire. Ce, pour diverses raisons dont l’absence des moyens financiers, le personnel qualifié déficitaire, etc.

Dorcas NSOMUE & Maryse Ngalula et Laurette Kasota (stg/IFASIC et UPN) 

Leave a Reply