Vers la création d’un Centre d’appui à l’Innovation

            En partenariat avec l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle(OMPI), le ministère de l’Industrie a organisé une journée de réflexion hier lundi 13 septembre 2010 au Cepas, à Gombe, autour du « Rôle de l’information en matière des brevets et projets de création d’un centre d’appui à l’innovation et à la technologie en RDC ». Animée par Jean-Claude Elangi Botoy Ituku, coordonateur de projet de l’OMPI, et Mukuna Kakolela Jonas, chef-service de la Propriété industrielle, cette séance a connu la participation des ministres Anicet Kuzunda Mutangiji (Industrie) et Pierre Bokole Ompoka (Recherche scientifique), des représentants du corps diplomatique, des fonctionnaires nationaux et internationaux, etc. 
            A cet effet, Anicet Kuzunda a rappelé son appel lancé en date du 26 avril lors de la Journée internationale de la propriété intellectuelle, aux inventeurs et aux hommes des sciences de notre pays afin de relever le défi et de rattraper le retard qui nous sépare de grandes nations du monde. Pour y parvenir, il avait proposé quelques pistes de solutions au gouvernement, à savoir : améliorer le cadre qui puisse favoriser l’inventivité ; permettre l’accès aux nouvelles technologies ; créer des structures d’accompagnement des chercheurs et inventeurs ; faciliter les échanges des données et d’informations ; relancer la dynamique de la coopération avec l’OMPI afin de doter le gouvernement des outils efficaces en vue de sensibiliser davantage l’opinion nationale sur la question.
            Parmi ces outils, le ministre a insisté sur l’implantation d’un office et d’un centre d’appui à l’innovation et à la technologie. 
                                               Quid de l’innovation ?
 
            Invité à expliquer le projet de création d’un centre d’appui à l’innovation en RDC, Jean-Claude Elangi a déclaré que le concept « innovation » sous-entend d’abord l’action de transformer, de développer une solution antérieure connue. Il s’est appuyé sur les différentes transformations qu’ont connues le téléphone portable ou l’avion depuis leur invention. « Ils deviennent modernes et sophistiqués. L’innovation contribue ici non seulement à développer le produit mais aussi à créer l’emploi… ».
             Quand au système des brevets, Jean-Claude Elangi précise que 2 éléments sont essentiels : la protection du brevet qui est territoriale et la divulgation ou publication des informations techniques. Ces informations sont des éléments contenus dans le document du brevet (données bibliographiques, description, revendication, phases nationales, etc.)
            Expliquant la nécessité d’utiliser l’information en matière de brevet, il a expliqué que c’est l’unique ressource importante pour les chercheurs, les inventeurs pour ne pas réinventer la roue ; déterminer la brevetabilité de leurs inventions ; éviter de porter atteinte aux brevets des tiers ; comprendre les activités novatrices ; fournir une base de données à la planification des politiques à mener ; exploiter la technologie dont les brevets n’ont pas été acceptés.
             Enfin, Concernant le Centre de technologie et d’appui à l’innovation, l’agent de l’OMPI se dit convaincu qu’il permettra à la RDC d’accéder aux bases de données ; de renforcer les capacités nationales ; d’aider à la création d’emplois et de trouver des financements en jetant un pont entre le monde de la recherche et celui du business.
            En guise de conclusion, Elangi Botoy Ituku a proposé la création d’un réseau national dont le point local central doit être l’Office national, et qui aura pour objectifs globaux de réduire les inégalités des connaissances entre les pays industrialisés et ceux en développement ; de renforcer la base technologique locale en créant ou en développant un savoir-faire local ; expliquer l’utilisation des informations, etc.
 
Tshieke Bukasa
 

Leave a Reply