Unicef pour l’accroissement des ressources budgétaires au profit des enfants

unicef«Comment accroître les ressources (du budget) pour donner des meilleures opportunités aux enfants congolais » est le premier sous-thème décortiqué hier jeudi 25 septembre 2014 dans un atelier d’information organisé par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef). Il relève d’un thème principal intitulé : « Investir dans les enfants, c’est bâtir le Congo » qui a deux autres sous-thèmes à développer dans d’autres rencontres. L’atelier du jour qui s’est tenu en collaboration avec la Vice-Primature et ministère du budget de la Rd Congo a eu pour cadre l’Hôtel Venus, dans la commune de la Gombe ; et c’est Daniel Mukoko Samba, Vice-Premier ministre et ministre du Budget qui l’a ouvert devant plusieurs experts et invités de marque. Par cette activité, l’Unicef s’est fixé comme objectif de parvenir à la sensibilisation des populations sur les dépenses publiques et sur l’importance de la prise en compte de la dimension « enfant dans les questions budgétaires. A ce sujet, tous les experts invités à ces travaux se sont montrés convaincus que les budgets et les financements publics sont l’affaire de tous les citoyens congolais, y compris les enfants et les jeunes.

            Les enfants et les jeunes sont donc les ayants droits des services conçus par le gouvernement pour répondre à  leurs besoins dans les secteurs clé tels que l’éducation, la santé et l’approvisionnement en eau potable. Par conséquent, l’Unicef pense que les populations doivent savoir comment les budgets sont mobilisés, alloués et exécutés. C’est ainsi que dans son mot de circonstance, Daniel Mukoko Samba a invité les participants et experts conviés à ces assises à s’investir pour faire, en définitive, des propositions concrètes qui aideraient le gouvernement à améliorer la récolte des impôts et à accroître substantiellement les ressources à allouer aux secteurs sociaux que sont l’Education et la Santé. Il a souligné que le Gouvernement s’est engagé à s’assurer que le budget de l’Etat contribue à renforcer la justice sociale et la démocratie en Rd Congo.

Nécessité d’un système sanitaire de qualité pour les femmes et les enfants

Par ailleurs, Barbara Bentein, représentante de l’Unicef en RDC, a exprimé la nécessité pour les enfants et les femmes de notre pays d’avoir accès à un système sanitaire de qualité, un système éducatif de qualité, à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement. Pour elle, ces droits fondamentaux ne sauraient être réalisés sans que les bonnes décisions budgétaires ne soient prises et les ressources allouées et exécutées de manière équitable. En substance, l’Unicef a rappelé que le financement public en faveur des secteurs sociaux en RDC est en train d’augmenter. En 2013, 6,1% du budget était exécuté pour la santé, comparé à 4,3% en 2011. Pour l’éducation, 14,8% du budget a été exécuté en 2013, comparé à 12,3% en 2011. Les allocations budgétaires en faveur de l’éducation et de la santé demeurent relativement faibles. Cependant, il existe un potentiel important pour mobiliser davantage de ressources. En outre, le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance rappelle que la prise de bonnes décisions sur la mobilisation de ressources, l’allocation et l’exécution devrait privilégier les analyses complètes de toutes les données disponibles. En outre, les travaux de cet atelier sont destinés à contribuer au dialogue sur la mobilisation de ressources en RDC.

            D’autres personnalités sont intervenues pour éclairer les participants par leurs analyses. Economistes, chercheurs et hommes politiques, ces intervenants ont provoqué un débat général sur plusieurs aspects et maillons  faibles empêchant le gouvernement d’exécuter totalement le budget voté par le Parlement. C’est ainsi que le ministre honoraire Banguli, le député Jean-Lucien Busa sont passés sur le podium pour présenter successivement l’état de la question de l’exécution du budget dans notre pays et les maillons faibles qui empêchent l’Etat d’exécuter le budget, tel qu’il a été voté par le Parlement.

SAKAZ

Leave a Reply