Un policier lance un gaz dans un taxi-bus

Le pire, suite  à un acte insensé et inconsidéré  d’un élément agent de  la police dans un taxi-bus   a été évité de justesse,  le samedi 28 janvier  le croisement des avenues des Huileries et Colonel Ebeya, dans la commune de la Gombe.

En effet, sur une saute d’humeur,  un agent  de la police nationale  a lâché sans ménagement un gaz lacrymogène aux passagers d’un taxi-bus qui faisait la navette entre l’arrêt Regideso et la place de la Victoire, dans le sens de la ville. Alors que le chauffeur  débarquait  un client sur l’avenue Colonel Ebeya, ce sergent de la  police nationale a demandé à monter à bord afin de descendre à l’arrêt suivant,  sur l’avenue du Livre. Les deux avenues sont séparées  d’une cinquantaine de mètres seulement.

Selon les victimes, énervé du fait que le conducteur ait refusé de l’embarquer, l’agent de police en uniforme  n’a pas trouvé mieux que de dégoupiller une grenade défensive qu’il avait sur lui pour la lancer au milieu des passagers en signe de représailles.

 Heureusement pour les passagers ont rapporté les témoins présents, le terminus n’était qu’à un jet de pierres. Ainsi  s’étant  vite rendu compte du forfait à cause de la suffocation et de la fumée qui envahissait le bus, le conducteur a vite fait de garer et appeler au secours, ce qui a permis à la population de mettre la main sur cet incivique en tenue.

Soumis à un interrogatoire serré par ceux qui venaient de l’appréhender, prêts à lui régler ses comptes et à le lyncher  pour cet acte inqualifiable qu’il venait de commettre, ce sous-officier n’a  eu la vie sauve que grâce à l’intervention d’une patrouille qui l’a embarqué vers le camp Lufungula tout proche. On souhaite qu’il soit sévèrement sanctionné par sa hiérarchie  et non être protégé par ses frères d’armes. Voici qui pose réellement un problème à la hiérarchie et aux instances de contrôle de la police   au sujet de la gestion des armes et munitions.  Car, loin d’être de maintien de l’ordre public, le gaz lacrymogène a été utilisé contre de paisibles citoyens sans un ordre ni dans le cas d’une légitime défense.  

A.Vungbo

Leave a Reply