Un nouveau comité de soutien à Tshisekedi

 


    L’initiative de l’ASBL « Tshisekedi for President », structure mise en place en Belgique en vue du soutien, par les Congolais de la diaspora, de la candidature d’Etienne Tshisekedi à la présidence de la République, fait tache d’huile. On vient d’apprendre qu’une structure parallèle est née au pays, sous le label de « COSCAT » (Comité de Soutien à la Candidature de Tshisekedi).

    Celui-ci se veut aussi un instrument de marketing du leader de l’UDPS, pour lequel il s’engage à sensibiliser et mobiliser les Congolais, à rechercher les moyens matériels, financiers et autres susceptibles de garantir sa victoire électorale pour la magistrature suprême du pays. Le Coscat va s’abstenir d’interférer dans le travail des organisations de base de ce parti, telles que renouvelées et redéfinies lors de son premier congrès, tenu à Kinshasa du 10 au 14 décembre 2010.
    Quelques noms émargent dans le lot de ses animateurs, notamment Jean-Louis Bauna (Coordonnateur et trésorier principal), Me Maurice Pambu (Coordonnateur du Secrétariat Technique), Jeannot Lomata (2me Coordonnateur), qui est aussi Secrétaire-chef de mission chargé de la province de l’Equateur au sein de l’UDPS et Jack Ilunga Mwila (chargé des Stratégies).

    Ce petit noyau d’activistes affirme être suffisamment rôdé pour mener des actions d’envergure de nature à consolider l’assise sociale et politique d’Etienne Tshisekedi. « Toute éprise de l’idéal du changement, quelles que soient ses convictions politiques, philosophiques ou religieuses pour le développement du Congo et pour le bien-être de tous, elle est appelée à soutenir la candidature d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba à la présidence de la République », exhorte le Coscat.
    Selon cette structure, le président national de l’UDPS incarne le vrai leadership, la bonne gouvernance et la restauration de l’Etat de droit au Congo, un Congo meilleur, pour ses filles et fils, que celui, malade, qui s’offre en spectacle à tous 50 ans après l’indépendance.

                Jacques Kimpozo

 

Leave a Reply