Un des cambrioleurs de l’agence Afriland First Bank de Boma appréhendé à Kinshasa

cambrioleur_cga_zoom945Au lendemain du cambriolage de l’agence Afriland First Bank de Boma, perpétré dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 décembre 2013, les auteurs de ce vol s’étaient volatilisés dans la nature avec un butin estimé à 400.000 dollars. Comme dans notre pays, on doute de l’efficacité de nos enquêteurs, l’on croyait que ces malfrats ne seraient jamais retrouvés et appréhendés. Et sûrs de l’impunité, ils multipliaient des braquages et des cambriolages.

Mais voici que dans un curieux concours de circonstances, l’un de ces voleurs, un certain Biaka Khonde alias Pathy, a été arrêté par les limiers de la Police criminelle, parce que cité comme membre de la bande à Ngaba Manzombe, dans le braquage opéré dans la nuit du 21 mars 2014, vers 20 heures, au domicile de l’artiste-musicien Montana Kamenga Olie.

Pour ce braquage enregistré au quartier Salongo-Sud Bim Sum, commune de Lemba, son groupe était composé d’un policier, de Biaka Khonde alias Pathy, résidant au quartier Mongo n° 33 C, commune de Matete et de Mwamba Nyangami alias Papy, sans domicile fixe.

L’on apprendra de leurs aveux spontanés, que ce forfait est parti des informations livrées à la bande par un jeune homme qui fréquentait l’ancien musicien de l’orchestre Quartier Latin. Habitué à rendre visite à Montana Kamenga, cet « informateur » avait fourni aux malfaiteurs, toutes les données. Localisation de la maison du musicien, les avoirs de sa femme, la disposition des pièces de la villa, et la cartographie du quartier. Les bandits s’étaient intéressés également aux voies de sortie par lesquelles ils pouvaient s’échapper aussitôt le coup perpétré.

            C’est lors de la perquisition effectuée dans leurs maisons, que les enquêteurs de la Police criminelle ont fini par saisir plusieurs pièces à conviction. Il s’agit d’une arme Fa n° 563808961 avec un chargeur garni dans lequel étaient logées 21 munitions, une arme GP de calibre 9 mm avec 8 cartouches, une voiture de marque Toyota Corolla, portant plaques minéralogiques 0574 AC / 10 de couleur noire. Les policiers ont également pu récupérer entre leurs mains, comme une parte du butin, un coffret contenant des bijoux en or, ainsi qu’une balance pour peser ces parures.

            Avec des aveux complétés par ces pièces à conviction, tout devient clair. Montana Kamenga a été braqué par une bande de malfaiteurs composée d’un policier et des civils, Ngaba Manzombe, Biaka Khonde alias Pathy et Mwamba Nyangami alias Papy.

            Selon une certaine source, Biaka Khonde serait l’un des spécialistes de cambriolages au cours desquels les bandits droguent leurs victimes, avant de faire appel aux défonceurs de coffres-forts. Son passé, à en croire une autre, remonterait à plusieurs coups. Car, il n’en serait pas à son premier forfait du genre. On signale même que ce cambrioleur  a été initié par des redoutables bandits dont certains sont en détention à la Prison centrale de Makala où ils sont enfermés pour des actes délictueux similaires. Et il est curieux de relever que dans cet établissement pénitentiaire, de nombreux cambriolages sont concoctés à partir  des informations dévoilées sur le train de vie de membres de leurs clans. Les chefs de bandes organisent alors les braquages à partir de leurs cellules, en commandant leurs acolytes en liberté. C’est au jour des visites des prévenus à la Prison centrale de Makala que ces brigands obtiennent les rapports des actes de banditisme commis, ainsi que leur part du butin.

            Voilà pourquoi les centres pénitentiaires de nos pays sont devenus de véritables écoles où la pègre perfectionne son  modus operandi et recrute de nouveaux membres. Des pépinières où les moussaillons apprennent beaucoup des chefs de gang.  L’amitié tissée dans la prison où l’on partage en semble  le peu de nourriture, des souffrances et quelques expériences criminelles, devient plus solide au point que quand les criminels se retrouvent en liberté, ils sont plus outillés et plus aguerris C’est d’ailleurs là qu’ils apprennent comment obtenir le service gratuit d’un avocat pour défendre leurs cas devant les cours et tribunaux.

J.R.T.

Leave a Reply