Un commando neutralisé à Matadi

matadi4Hier jeudi 07 novembre 2013, l’on a frôlé le pire à Matadi. En effet, une voiture de marque Toyota Carina et de couleur grise, immatriculée 3308 AB/10, a été surprise en stationnement suspect au parking extérieur du gouvernorat du Bas- Congo. Lorsque ses occupants se sont aperçus qu’un policier commis à la sécurité de ce parking les observait de loin, la voiture s’est alors déplacée pour aller se positionner au parking dit Socimex, réservé aux anciens bureaux de la Poste Centrale du chef-lieu de la Province située juste en contrebas du cabinet du Gouverneur. S’étant rendu compte qu’ils étaient une fois de plus suivis par le même policier, les occupants ont demandé au chauffeur qui les conduisait de contourner les bureaux du Cabinet du Gouverneur pour se positionner dans l’une des rues jouxtant le marché DAMAR, là où doivent démarrer les travaux de construction d’un stade de football.

C’est en ce moment que le policier vigilant va faire alors appel à un magistrat du Parquet de Grande Instance qui, à son tour, viendra placer sa voiture en travers de la rue pour empêcher la voiture suspecte de prendre le large. Ne pouvant plus faire le moindre mouvement, cette voiture suspecte s’est retrouvée coincée et trois de ses occupants se feront la belle, abandonnant leurs deux complices qui se feront appréhender et après avoir été menottés, seront conduits manu militari jusqu’au Parquet de Grande Instance de Matadi.

A la fin de la fouille de la voiture et des sacs de voyage trouvés dans le coffre, les agents du Parquet vont découvrir une armurerie étonnante, notamment des fusils d’assaut dont un fusil de marque Uzi, un autre de marque  AK 47, un pistolet GP, des munitions 9mm, du lubrifiant pour canon à fusil, plusieurs cartes d’identité appartenant à l’un des individus appréhendés, plusieurs cartes Sim et chose curieuse qui va certainement intéresser l’équipe des enquêteurs, un appareil de communication régulièrement utilisé au sein de la Police Nationale.

            Alerté, le Gouverneur de la province, accompagné du Premier Président de la Cour d’Appel et du Procureur Général près la même juridiction judiciaire va alors se rendre au Parquet de Grande Instance de Matadi pour prendre connaissance de ces faits criminels gravissimes et voir de ses yeux tout cet arsenal de guerre saisi par les autorités judiciaires compétentes. Immédiatement, une procédure judiciaire en flagrance a été organisée  au Tribunal de Grande Instance.

Selon les premiers aveux déposés à la barre par les trois prévenus, il s’agit d’un commando recruté par un certain Jean-Marie non autrement identifié pour une mission dans les villes de Matadi, Boma et Moanda. Dans quel but ? C’est à ce niveau que les avis diffèrent. Pour certains, à l’instar des coups de ce genre que l’on observe depuis plus d’un mois à Kinshasa, ladite opération pourrait avoir comme objectif de créer l’émoi dans les milieux sensibles comme ce que l’on a vécu avant-hier au Campus de Kinshasa au niveau du camp résidentiel des professeurs avec cette bande des quatre bandits qui ont opéré à 10 heures de la matinée en emportant une somme importante d’argent destinée à l’achat des boissons dans un dépôt de bière appartenant à un professeur de l’UNIKIN. Il y a deux semaines, il y a eu l’irruption en pleine journée des malfaiteurs dans une maison de change dénommée « Mère Double » située sur l’avenue du Colonel Lukusa à Gombe, juste en face du Quotidien Le Phare et qui s’est soldée par une rafle de la somme de 9.000 dollars Us.

            D’aucuns voudraient lier cette tentative d’attaque à main armée à une opération d’origine politique que viseraient ceux qui voudraient mettre «hors d’état de nuire» celui qui empêche la maffia de se mouvoir librement dans la campagne agricole 2013-2014, dans les recettes du péage et des Pont bascule, tout comme dans les méandres du trafic au marché de Lufu, une localité congolaise située près de la frontière avec l’Angola voisin.

            D’une manière générale, depuis la remise en liberté de plus de mille détenus de la prison centrale de Makala décrétée par le Gouvernement, il s’observe une recrudescence de la criminalité dans les centres urbains. Il y a deux semaines, des hommes en tenues militaires et en armes se sont présentés devant l’immeuble appelé « Kin Mazière » où ils ont arraché plus de 70 mille dollars Us destinés à renflouer la caisse d’une succursale de ProCréditBank logée dans ces lieux. Après avoir opéré, ces malfaiteurs qui tiraient en l’air pour éloigner toute tentative policière, n’ont pas pu démarrer leur véhicule de marque Mercedes. Ils ont pris plus de vingt minutes pour pousser ladite voiture sans que des éléments de la police en faction devant le siège de la DGM-Ville de Kinshasa n’aient levé le petit doigt. Il ne se passe alors plus une semaine sans que l’on annonce des coups de ce genre perpétré dans l’une ou l’autre des 24 communes de la capitale. Que d’actes de banditisme à ciel ouvert aux yeux et à la barbe des éléments de la police nationale !

F.M.

Leave a Reply