Un bus de 56 places assises remis à l’ISTM/Kinshasa

 

Le ministre de l’Enseignement supérieur, universitaire et recherche scientifique (ESURS), le Professeur Tshelo Lotshima, vient de remettre un bus pimpant neuf, d’une capacité de 56 places assises, à l’Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM-KINSHASA). Ce bus est le fruit d’un partenariat fructueux entre ce ministère et le Fonds de Promotion de l’Education Nationale (F.E.P.N.). La cérémonie de remise s’est déroulée sur le nouveau campus de l’ISTM-Kinshasa, situé en face du CNPP/Unikin, dans le commune de Lemba devant un parterre des personnalités de l’Esurs. L’occasion était propice pour le ministre de l’Esurs de constater, de visu, quelques réalisations de certains gestionnaires de son secteur. 
 
Les observateurs présents à cette manifestation ont pu noter la joie du ministre au moment de la coupure du ruban symbolique et de la remise effective du bus aux responsables de l’ISTM-Kinshasa. En  effet, dans son mot de circonstance,  le Professeur Tshelo Lotshima a trouvé les mots justes pour remercier Florentine Soki Fuani Eyenga, directeur général du FPEN et son institution pour avoir remplacé, par ce don, le bus de cet institut qui a été brûlé lors des manifestations d’étudiants qui avaient troublé la quiétude du campus universitaire du Mont Amba, au début de l’année dernière. Ce bus va de nouveau permettre, selon le ministre  de l’Esurs, à tous les membres de l’Istm-Kinshasa et particulièrement aux étudiants de mener leurs activités tant à l’intérieur qu’en dehors de leur campus pour mieux participer à la révolution de la modernité. 
Par ailleurs,  Florentine Soki Fuani Eyenga a rappelé, dans son mot de circonstance, le partenariat qui lie le Fpen et les ministères tant de l’Esurs que de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) pour l’intérêt supérieur du secteur éducatif national. Particulièrement au moment où le système éducatif congolais se trouve confronté à une crise multiforme depuis des décennies, dans ses principaux sous-secteurs en ce qui notamment les infrastructures, les équipements et supports didactiques, les bourses d’études, le budget de la recherche et de la publication scientifique, sans oublier la rémunération ou, plus exactement, la motivation du personnel enseignant particulièrement devenu un casse-tête pour les gouvernements successifs. Tout ceci, constate  F. Soki Fuani, est une résultante des limites du budget national et de la modicité chronique des crédits alloués au secteur de l’Education. Devant l’inefficacité de revendications légitimes des professionnels du secteur de l’Education et pour promouvoir une solidarité au profit de l’Education, elle a signalé que le Président de la République a créé, en 2006, le FPEN, un établissement public doté d’une personnalité juridique. 
 
Interventions en faveur de l’Esurs
 
Pour réaliser son objet social, le FPEN a pour activité principale la collecte des ressources financières. Malheureusement, à ce jour, il n’y a que  la seule ressource de minerval (à l’Epsp et à l’Esurs) qui est disponible et liquide, en attendant l’activation d’autres ressources. F. Soki a fait remarquer que le don fait à l’Istm s’inscrivait dans le cadre des réalisations en faveur du sous-secteur de l’Esu. Parmi ces réalisations, elle a mentionné l’achat d’un bus pour le transport, d’un groupe électrogène et d’une jeep pour le secrétariat général ; d’une autre jeep et d’un bus tata pour le cabinet du ministre. En outre, le FPEN a renforcé le réseau de distribution d’eau à l’Unikin par la réhabilitation du château d’eau. 
Parmi les autres réalisations, elle a mentionné la réhabilitation des latrines à l’Université de Kisangani ; la construction d’un auditoire respectivement à ISP/Rutshuru, à l’Istm/Lubumbashi, à l’Université de Likasi, à l’ISP/Boma. En outre, l’ISP/Bulungu a bénéficié de la réhabilitation des toitures et auditoires, tandis que l’Université de Bandundu a eu un don en matériel de  laboratoire pour la faculté de médecine.  Soki en appelle à la bonne compréhension des tous les partenaires, particulièrement du ministre de l’Esurs, pour fournir au Fpen les ressources nécessaires pour aider davantage le secteur de l’Education. En guise de conclusion, le directeur général de l’Istm, a remercié ses différents hôtes et relaté le calvaire que son institution a subi suite à  la perte de son premier bus. 
 
SAKAZ

 

Leave a Reply