Un atelier sur les leçons tirées de la mise en oeuvre de PAIDECO

Un atelier de vulgarisation des enseignements de la mise en œuvre du ‘Programme d’Appui aux Initiatives de Développement Communautaire’ (PAIDECO) s’est tenu hier mardi, 15 février 2011, au Cercle Elaïs, dans la commune de la Gombe. Organisé par la Coopération Technique Belge (C.T.B.) – qui est l’auteur de ce projet de développement à la base – cet atelier s’est assigné pour objectif de mettre à la disposition de plusieurs partenaires au développement en Rd Congo une précieuse banque de données pour le développement à la base. Banque constituée des diverses leçons et expériences tirées de l’évaluation de l’exécution de ce projet à travers plusieurs sites éparpillés sur le territoire national. La participation de Dominique Struye De Swielande, l’ambassadeur de la Belgique en Rd Congo à ces travaux souligne l’importance du travail abattu et des enseignements tirés.

 

          Cette importance se remarque aussi par la présence des experts belges et congolais de la CTB qui ont piloté Paideco sur le terrain à l’intérieur du pays et l’ont évalué, mais aussi par celle de plusieurs organisations partenaires de développement et de responsables politiques et administratifs des entités décentralisées et déconcentrées où  ces expériences se sont déroulées. A l’ouverture des travaux, Pierre Dulieu, président du Comité de direction et représentant résident de la CTB a présenté la vision de développement de cette structure de coopération qui se démarque  totalement des Organisations non gouvernementales (Ong) du fait qu’elle est financée par l’argent du contribuable belge auquel elle se doit de rendre compte au finish. Par ailleurs, le privilège de présenter la CTB et son programme en Rd Congo est revenu à l’Ambassadeur de Belgique en personne. A l’issue de son exposé, il a particulièrement souligné devant la presse, la spécificité des projets soutenus par la CTB : des projets provenant de la population locale, mûris par elle, mise en œuvre avec elle, en bref, une coopération qui part de la base.

Le développement à la base et l’apprentissage de la démocratie
 
          Dominique Struye a précisé que c’est la population, en collaboration avec les autorités administratives locales, qui détermine ses propres besoins qui doivent être pris en compte ou financés : école, pont, source d’eau potable,  route etc., avec les moyens locaux. Pour sa part, Pierre Dulieu a exposé les grands axes du Programme de Paideco dont l’objectif principal consiste à contribuer à la reconstruction institutionnelle, économique et sociale des villes, communes et autres entités territoriales décentralisées. Paideco vise également le développement institutionnel par le renforcement des capacités des agents de l’administration publique et des organisations de la société civile au profit de la gouvernance locale
          Trois autres exposés ont été présentés avant le débat général : il s’agit de la présentation des résultats de l’évaluation des « Paideco » par Ivon Dionne, coordonnateur de l’Unité nationale d’Appui au Paideco-Unap ; de la présentation des avancées du Paideco/KOC (au Kasaï-Occidental) – principalement à Kananga – par le chef de projet Francis Lelo et de la présentation des avancés du Paideco/Tshopo, à Kisangani par le chef de projet Jean Nyemba.
          Lors du débat, les différents invités sont revenus sur la nécessité de formation sur l’ensemble du territoire national, sur les moyens mobilisés, sur la formation des chefs coutumiers et leur implication effective dans cette expérience préparant à la décentralisation des entités administratives. En outre, les participants ont convenu de la nécessité d’élire des représentants à la base pour veiller sur les ouvrages réalisés n’est rien d’autre qu’une initiation à la démocratie

SAKAZ

 

Leave a Reply