Un atelier pour définir le contenu de la gratuité au primaire

 Un atelier de deux jours (23 au 24 septembre 2010) visant à définir, au niveau de tous les opérateurs éducatifs, la même compréhension et le contour du terme ‘gratuité’ au primaire – décidée le 30 août dernier à Kananga par le Président de la République – a été ouvert hier jeudi 23 septembre 2010, au Centre Nganda, à Kintambo, par Maker Mwangu Famba, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). L’importance que le gouvernement attache à cette rencontre se remarque par la qualité et le nombre des participants qui ne sont autres que les décideurs politiques, les techniciens et les administratifs qui mettent en pratique sur l’ensemble du territoire national toutes les mesures prises dans ce secteur : ministre de l’Epsp, vice-ministre du Budget, le Secrétaire général et l’inspecteur général de l’EPSP,  les onze ministres provinciaux en charge de l’Enseignement, les directeurs de services centraux de ce ministère, les directeurs nationaux et provinciaux de Secope (Service de contrôle et de la paie enseignants), les directeurs de toutes les 31 provinces éducationnelles de la République (appelés aussi proved) etc.

          A ces participants, il faut ajouter les représentants des syndicats d’enseignants, des associations des parents, des ongs nationales et internationales du secteur de l’Enseignement. Pour Maker Mwangu, cet atelier doit constituer un moment décisif pour la réussite de cette gratuité au niveau des 1e, 2e et 3e primaire  en remettant les compteurs à zéro pour repartir avec la même compréhension, en se débarrassant des scléroses qui ne permettaient plus le progrès vers une scolarisation universelle dans notre pays et l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) d’ici 2015. Il a affirmé que cette universalisation de l’enseignement primaire est perçue par le Chef de l’Etat comme une priorité absolue dans le document de la « Stratégie de l’E.P.S.P., positionnée comme telle dans les Cinq Chantiers de la République et le DSCRP et adoptée par le gouvernement en mars 2010 ».

          Maker Mwangu a souhaité, qu’à terme, cet atelier atteigne entre autres les résultats suivants : fixation des étapes prochaines de la mise en œuvre de la gratuité ; même compréhension de la gratuité pour la transmettre correctement aux responsables et gestionnaires de l’EPSP ; capacité de pouvoir bien expliquer les dispositions et les mesures d’accompagnement de la gratuité ; connaissance des effets immédiats de la gratuité sur le terrain ; établissement des rôles et des responsabilités dans la mise en œuvre de la gratuité ; propositions des pistes des solutions aux problèmes posés par la gratuité ; mise en place d’une structure de mise en œuvre et de suivi-évaluation de la gratuité de l’enseignement primaire.

          Auparavant, Thérèse Olenga Kalonda, ministre provincial kinois en charge de l’Education a souhaité la bienvenue dans la capitale à tous les participants provenant des provinces. C’est l’occasion, dit-elle, de vérifier la mise en œuvre de la Stratégie de l’Epsp dans les provinces et d’éviter les échecs futurs. 

SAKAZ

Leave a Reply