Un activiste des droits humains arrêté à Mbandaka

La situation sécuritaire des activistes de droits humains est très préoccupante. le dernier cas en date concerne l’arrestation arbitraire d’André BODUMBU coordonateur de la Nouvelle Société civile congolaise dans la province de l’Equateur depuis le 04 juin 2012.  D’après le communique de presse de la Nouvelle Société civile déposé à notre rédaction, André Bodumbu a été retenu au cachot   de Lisala, puis transféré à la prison de Mbandaka et gardé sans être entendu ou jugé depuis le samedi 16 juin 2012.
D’après la NSCC, l’arrestation et le  transfert étaient faits sur base d’un mandat d’amener falsifié alors que  qu’aucun mandat de comparution ne lui a été adressé. Et présentement la situation est grave,  car son état de  santé s’est détérioré à cause de la grève de faim qu’il a entamée depuis   son arrivée le 16 juin 2012  à la prison de Mbandaka.
Il est reproché à   André Bodumbu  d’avoir dénoncé la disparition de 50 sacs de ciment, un don du gouverneur de ladite province à la population, par Brigitte BOTETE, commissaire  de district de Mongala.
 
L’on note encore le fait sur lequel André BODUMBU aurait incité la population à la révolte pour s’être opposée à la délocalisation du groupe électrogène de la Regideso de Lisala vers Gemena.
Etant donné que, André Bodumbu est un activiste des droits humains  qui dénonce  régulièrement la culture  des  antivaleurs, les  détournements des  deniers publics, la corruption et les tracasseries dans cette partie de la R.D.Congo, l’obtention de sa liberté même provisoire sous caution est sans succès, d’après son avocat qui a eu à  le rencontrer il y a 48 heures passées. 
Devant cette situation, la NSCC exige :
– la libération  immédiate  et sans condition d’André BODUMBU ;
– dénonce l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire par le commissaire de district de Lisala, Mme Brigitte BOTETE en complicité avec d’autres autorités judiciaires provinciales. Cette situation n’est pas de nature à améliorer,  l’image ternie de notre pays ;
La NSCC qui tiendra pour responsable Madame la Commissaire de District de Mongala sur tout ce qui pourrait arriver à André Bodumbu appelle à la solidarité de la communauté des défenseurs des droits humains  tant nationale qu’ internationale en faveur de la libération de cet activiste, etc.
 
Dorcas Nsomue

Leave a Reply