Ucofem et Gender Links pour l’égalité de chances entre hommes-femmes

            Organisé par Gender Lins, une organisation sous régionale chargée de la mise en œuvre du protocole de la SADC, en partenariat avec l’Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM), le deuxième sommet national sur le protocole de la SADC sur le Genre et le Développement a ouvert ses portes hier mardi 6 mai 2014, sous la suspension de la ministre du genre, à l’hôtel Invest dans la commune de Lingwala, avec comme slogan : 50/50 d’ici 2015 et un solide agenda post 2015. 

 

Durant ce sommet, qui va se tenir pendant 3 jours, au total 85 postulants venus de 8 provinces du pays (Kinshasa, Bandundu, Kasaï-Oriental, Kasaï-Occidental, Maniema, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Katanga), vont présenter et défendre selon les catégories choisies, leurs bonnes pratiques dans l’application dudit protocole au tour de plusieurs thèmes, entre autres : Droits des femmes, gouvernement, changement climatique, 50/50.  Au terme de ces travaux, les lauréats qui vont remporter les prix de la meilleure pratique auront à représenter la RDC au sommet régional qui se tient chaque année en Afrique du Sud à Johannesburg, et durant lequel les pays se retrouvent pour partager leurs bonnes pratiques de cet instrument juridique que le Congo a adopté en 2008 et ratifié en 2011.

Dans son mot d’ouverture, prononcé par sa représentante Anny Kenda, la ministre du Genre, Geneviève Inagosi, a laissé entendre que ce protocole de la SADC, adopté par les pays de la Communauté pour le développement de l’Afrique Australe en 2008, est unique en son genre sur le continent africain et le reste du monde. Ceci, dans la mesure où, a-t-elle explicité, il s’est donné des objectifs à atteindre sur une période bien déterminée, notamment, la représentation homme-femme d’ici 2015, le lobbying pour un protocole de la SADC sur le genre et le développement post 2015, le renforcement des mouvements du genre du local au national, du national au régional et du régional à l’international, etc.  La ministre du genre a ainsi souligné que ce deuxième sommet national est en fait, une occasion pour le gouvernement Congolais, de renouveler son engagement pour l’amélioration des droits des femmes et pour l’égalité de chance entre hommes et femmes.

Pour sa part, Loga Virahsawmy, représentante de Gender Links, a conseillé aux lauréats  de ce 2ème sommet national appelés à défendre les couleurs du pays à Johannesburg, à joindre le cadre logique de budgétisation à leur politique du genre qu’ils auront à présenter, selon le travail qu’ils ont réalisé ensemble lors de son passage les mois derniers.

Anna Mayimona, présidente de l’UCOFEM, a estimé que ce 2ème sommet est une opportunité pour leur union de voir les progrès réalisés par les différents acteurs de l’application de ce protocole. Elle a de ce fait reconnu que d’ici 2015, il est évident que les objectifs assignés dans cet agenda ne seront pas atteins. D’où la nécessité, a-t-elle indiqué, de conjuguer davantage d’efforts et réfléchir ensemble déjà sur un agenda post 2015 afin d’atteindre le but.

Rappelons que le tout premier sommet national a été organisé du 3 au 4 avril 2013 sous le slogan : 2015, oui nous devons, le protocole de la SADC sur le genre en marche. Au total 14 lauréats (8 femmes et 6 hommes) avaient gagné des prix sur un total de 92 dossiers de candidatures. Les délégués de la RDC qui ont participé au sommet régional de cette année ont remporté 3 prix dont le premier prix TV de la région.

 

Myriam IRAGI

Leave a Reply