Tshongo s’engage à prendre le taureau par les cornes

La  cérémonie  de  passation  des  pouvoirs entre  les  ministres  entrants  et  sortants  se  termine  par  des  mots  de  circonstance  échangés  de  part  et  d’autre.  Les  sortants  font  le  bilan  de  leur  mandat,  évoquant  des  problèmes qu’ils  avaient  trouvés  lors  de  leur  nomination  et  ceux  qu’ils  laissent,  ainsi  que  des  réalisations éventuelles  dont  ils  pouvaient  être  capables. Les  entrants donnent  un  aperçu  de leur  programme  d’action  et  de  la  manière  dont  ils  comptent  s’y  prendre.  Mais  rares  sont  ceux  qui, à  leur  départ, se  seraient  réellement  comportés  en  hommes  d’Etat.  Les  problèmes  qu’ils  avaient  trouvés  et  promis  de  résoudre,  resteraient  entiers  et  auraient  même  pris  plus  d’ampleur  qu’avant. On  dirait  que  les  équipes  ministérielles  se  succèdent  et  se  ressemblent.  Toutefois,  quel  que  soit  le  système  politique, des  gens  patriotes  et  nationalistes peuvent  se  distinguer  des  autres  par  la  démonstration de  la  conscience  élevée  des  charges  qu’ils  assument  dans  l’intérêt  supérieur  du  pays  et  du  plus  grand  nombre  des  citoyens. C’est cette conscience qui  fait  défaut  à  beaucoup  de  politiciens  qui  n’ont  en vue que l’enrichissement  personnel  et  le  confort  matériel.

Parmi  les  nouveaux  ministres  de  l’équipe  Muzito  II  qui  bénéficient  d’un  préjugé  favorable  dans  l’opinion  et  inspirent  confiance,  on  a  cité   Gilbert Tshongo Tshibinkubula  wa  Ntumba,  ministre  de  l’Energie.  On  se  souvient  sans  doute  des  performances ,  de  la  capacité  d’organisation, et  des  aptitudes  de  manager  consommé ,  par  lesquelles  il  s’était  distingué  à la  tête  de  la  REGIDESO  pendant  plusieurs  années,  sous le  régime  de  la  IIe  République  de  Mobutu. Il  vient  d’être  nommé au  Département  de  l’Energie, qui  est  justement  celui  de  tutelle de  la  REGIDESO  et  de  la SNEL,  ces  deux  entreprises productrices  et  distributrices  l’une  de  l’eau  l’autre de  l’électricité.  Et  chose  étrange,  en  dépit de  nombreux  cours  d’eau  tributaires  du  fleuve Congo  traversant  le  pays  du  Sud  à  l’Ouest  pour  se  jeter  dans  l’océan  Atlantique,  et  du  barrage  d’Inga construit sur les  rapides de ce fleuve, la  RDC  connaît un  déficit chronique d’eau potable  et  d’électricité !  La  situation  est  toujours  mauvaise  à  Kinshasa,  pire  à  l’intérieur  du  pays. L’opinion  n’a  pas  tort  de  saluer  l’atterrissage  de  Tshongo  au  ministère  de  l’Energie  avec  enthousiasme  et  grand  espoir,  persuadée  qu’il  pourrait  au  moins  se  pencher  sur  cette  crise  chronique  de  l’eau et  de  l’électricité.  Sans  doute  en  est-il  lui-même  conscient  s’il  faut  se  fier  aux  propos  qu’il  a  tenus  au  cours  de  la  passation  des pouvoirs  mardi  23  février  à  l’immeuble  REGIDESO  sur  le boulevard  du  30  juin, cet  immeuble chef-d’œuvre  d’architecture de  l’époque  de Mobutu, resté  symbole et  témoin de  son génie  et  de  son  savoir-faire quant  il  était  à  la  tête  de  cette  entreprise.

Gilbert  Tshongo  déclare  qu’il  va  « partager  ses  préoccupations  avec  le  Secrétaire  général  à  l’Energie  et  les  Administrateurs-délégués  généraux  de  la  Snel et de la  Regideso concernant  le  manque  d’au  potable  et  d’électricité. C’est  un  grand  défi  qu’il  doit  relever. » Il  souligne  qu’il  n’a  pas  « de  politique  personnelle à  appliquer  si  ce  n’est celle  du  Chef  de  l’Etat  qu’il  doit  défendre,  et  dont  l’eau  et  l’électricité  sont  l’un  des  plus  importants  des  5  chantiers.  Nous  allons  travailler  pour  la  population  et  les  industriels  qui consomment  l’eau  et  l’électricité. »  Le nouveau  ministre  de  l’Energie  révèle  qu’il  compte  mettre  en  œuvre  « une  stratégie  de  comptabilisation  régulière,  quotidienne,  hebdomadaire,   mensuelle,  trimestrielle,  semestrielle,  annuelle, pour  pousser  des  projets  vers  de  meilleurs  résultats. »  Tout  un  programme  qui  montre,  à  première  vue,  qu’il  tient  à  faire  travailler  sans  relâche  ses  collaborateurs  de  cabinet ,  le  Secrétaire  général  à  l’Energie  et  les  dirigeants  des  deux  entreprises,  à  savoir  la  Regideso  et  la  Snel. Tshongo avoue  humblement  qu’il  n’a  pas  de  programme  personnel, mais  se trouve être l’exécutant  de  celui  des  5  chantiers  du  Chef  de  l’Etat  concernant  le volet d’impact social le  plus  palpable  en  rapport  avec  le  Département qui  vient  de  lui  être  confié, c’est-à-dire  l’eau  potable  et  l’électricité.

Tshongo  de  nouveau  à  l’épreuve

A  vingt-deux  mois  de  grandes  échéances  politiques,  ce  ne  serait  pas  par  hasard  qu’on  a  jeté  son  dévolu  sur  lui  pour  assumer  le  ministère  qui  a  sous  sa  tutelle  les  entreprises  de  production  et  de  distribution de  l’eau  et  de  l’électricité. Eu  égard  à  son  passé  notoire d’homme  travailleur  et  consciencieux,  s’il  n’y a  pas  d’évolution  dans  ce  secteur  pendant  tout  le  temps  qu’il  sera à  la  tête  de  ce  ministère,  c’est  qu’on  lui  aura  mis  des  bâtons  dans  les  roues.

Il  serait  difficile  de  faire  croire  à  l’opinion  qu’il  n’aurait  pas  été  à  la  hauteur.  Or,  un  vieux  routier,  il  s’entoure  déjà de  précautions  de  telle  sorte  que  ce  ne  soit  pas  sa  faute  s’il  n’y  a  pas  d’amélioration  dans  ce  secteur  « eau-électricité ».  La  comptabilisation  systématique  qu’il  instaure  est  une  méthode qui  permet  de  s’assurer  du  contrôle  du  mouvement  des  fonds  au  sein  des  deux  entreprises,  l’orthodoxie  de  la  gestion  des  rentrées  et  des  sorties, la  transparence  dans  la  passation  des  marchés  pour  le  renouvellement  de  l’équipement  ou pour  les  travaux  de réfection.  C’est  dans  ce  genre  de  transactions  que  s’opèrent  des  tripotages  préjudiciables  aux  entreprises.  Les  entreprises  publiques  étaient –  et  seraient  encore  –  presque  généralement transformées  en  vaches  à  lait  pour  les  ministres  de  tutelle  de  mèche  avec  les  PDG  qui  les  servaient  et  y  trouvaient  aussi  leur  compte.

Mais  confier  le  Département  de  l’Energie  à  un homme  aussi  rigoureux,  consciencieux  et  méticuleux  que  Tshongo,  dans  les  circonstances  actuelles où  il  faut  se  préparer  sérieusement  pour  les  prochaines  élections,  c’est  que  l’on  a  un objectif  précis   ,  sachant que  l’on  a  des  comptes  à  rendre  au  peuple  concernant  l’eau  et  l’électricité  qu’on  lui  avait  promises  en  2006.  Par  conséquent, et  bon  gré  mal  gré,  on  serait  obligé  de  le  laisser libre  de  mener son plan  d’action  à  terme,  ce  qui  serait  à  l’avantage  du  Chef  de  l’Etat. Dans  le  régime de  Mobutu  rongé  par  10  fléaux   que  le  maréchal  lui-même  avait  définis  et dénoncés, Tshongo  avait  pu  réaliser  des  exploits  remarquables.  Cela montre  bien que, quelque  pourri que  soit  le  système  politique, des hommes  sages  et  honnêtes,  moralement équilibrés,  ne  manquent  pas  de  se  distinguer  des  autres.  S’il  y  a  un  secteur  vital  pour  la  population  et  où  l’on  n’enregistre pas  de  progrès  depuis  des années, c’est celui  de  la  fourniture  de  l’eau  et  de  l’électricité.  Tout  bien  considéré,  on  attend  de  voir  si  Tshongo  reste  le  même manager entreprenant aujourd’hui  comme hier.

Jean  N’Saka  wa  N’Saka

Journaliste  indépendant

Leave a Reply