Tshisekedi : un accueil délirant

Plusieurs fois annoncé et reporté – le dernier rendez-vous manqué remonte au 02 décembre 2010 – le retour d’Etienne Tshisekedi à Kinshasa a finalement eu lieu hier dans une ambiance de folie. Le président national de l’UDPS a foulé de nouveau le sol du pays de ses ancêtres sur le coup de 14 heures, après trois années d’absence. Il avait à ses côtés son épouse, Maman Marthe. Accueilli par les principaux cadres de son parti, à la tête desquels se trouvait Alexis Mutanda, Secrétaire Général, et des dizaines de combattants qui avaient réussi à franchir le périmètre de sécurité de l’aéroport international de Ndjili, l’opposant congolais le plus célèbre a passé une heure dans les installations aéroportuaires pour  répondre aux mots de bienvenue, aux accolades ainsi qu’aux ovations de tous ceux qui parvenaient à sa hauteur. Installé dans sa jeep, encadrée dans un premier temps par des éléments de la police qui formaient  l’escorte officielle, Etienne Tshisekedi et sa longue suite de voitures, véhicules et motos mobilisés pour son accueil se sont rapidement retrouvés prisonniers d’une marée humaine qui avait envahi les deux bandes du Boulevard Lumumba, juste à la sortie du parking de l’aéroport de Ndjili. 

            La progression était si lente et le bouchon si interminable qu’une Jeep de la police ayant à son bord des éléments communément appelés « Robots » a tenté un passage en force, en sens inverse, à la hauteur de Siforco à Kingasani/Terminus. La foule ayant refusé de libérer la voie, ils ont dû jeter des gaz lacrymogènes avant de se frayer un passager sur la bretelle menant vers ce quartier de Masina, dans une grande confusion de caillasses et autres projectiles venus de la masse en colère. Les policiers chargés de la sécurité de Tshisekedi ont dû user de beaucoup de tact pour calmer les esprits et persuader les combattants de l’UDPS ainsi que les badauds de libérer la bande menant vers l’aéroport.

            Précédé par la foule agitant des calicots, des foulards et des portraits à l’effigie du Lider Maximo, sans compter des tas de rameaux, dans un tintamarre de klaxons, sifflets et trompettes  le cortège s’est mis au pas des marcheurs. Au fur et à mesure que des combattants mais aussi des curieux des communes et quartiers de Masina, Kimbanseke, Ndjili, Matete et Limete, sortaient de tous les côtés, la bande du boulevard Lumumba réservée à Tshisekedi et sa suite accueillait de nouveaux « envahisseurs ». La nuit a ainsi surpris tout le monde à la hauteur de Matete/Debonhomme.

            A ce niveau, des bougies sorties de nulle part ont été allumées par des milliers de combattants et curieux, comme pour éclairer la voie à suivre par le président national de l’UDPS. Il a fallu six heures pour boucler la distance séparant le parking de Ndjili/Aéro et la permanence de ce parti, sur la 10me rue Limete.                                              

Candidature à la présidence confirmée 

            Malgré 14 heures de vol Bruxelles-Addis Abeba- Kinshasa, suivies aussitôt de 6 heures de route entre l’aéroport de Ndjili et Limete, Etienne Tshisekedi s’est tout de même plié à la forte attente des cadres et combattants rassemblés depuis le matin devant la permanence  de l’entendre parler. Dans un bref message, il a confirmé sa candidature à la magistrature suprême du pays, avec pour objectif de restaurer l’Etat de droit, la bonne gouvernance et de lutter contre la misère qui accable les Congolais. Aux combattants de l’UDPS comme à tous ceux qui vont former le corps électoral, il a lancé le message de la vigilance contre la corruption, l’achat des consciences. Etienne Tshisekedi les a mis en garde contre l’argent sale, fruit des vols et détournements, qui risque de beaucoup circuler à l’occasion des scrutins de 2011. Il a, à ce propos, réitéré sa vieille recette des années Mobutu : « Prenez l’argent, mais votez selon votre conscience ».

Il a donné rendez-vous aux cadres et combattants de l’UDPS aux assises du Premier Congrès qui s’ouvre ce vendredi, pour partager d’autres idées sur son combat politique.

            Alexis Mutanda, Secrétaire Général du parti, lui a auparavant souhaité la bienvenue, au nom de la « base ». Il l’a remercié pour avoir continué à entretenir la flamme de l’espoir aux sein des forces du changement, à travers ses déclarations et messages faits à partir de l’étranger.

                   Sakaz

 

Leave a Reply