Tshisekedi et Vuemba parlent de 2011

En séjour privé en Europe depuis la semaine dernière, le député national Jean-Claude Vuemba Luzamba a été reçu, le mardi 23 mars 2010 par Etienne Tshisekedi wa Mulumba, président national de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), dans sa résidence de la banlieue Sud de Bruxelles, en Belgique. C’était en présence du fils de ce dernier, Félix Tshisekedi, Secrétaire National de l’UDPS chargé des Relations Extérieures, du professeur Désiré Pongo, Vice-président national du MPCR (Parti du Peuple Congolais pour la République), et de Fernand Ngalamulume, Coordonnateur du MPCR/Europe.

Leurs entretiens, que l’on dit s’être déroulés dans un climat de parfaite cordialité, ont porté sur les questions brûlantes de l’heure au pays, notamment le projet de programme commun d’alternance pour 2011 au niveau de l’opposition politique, le recensement, l’enrôlement, la révision du fichier électorale la prolongation du mandat du Chef de l’Etat, le cinquantenaire de l’indépendance, la grogne social, les érosions à Kinshasa comme en provinces, les antivaleurs, etc.

S’agissant des échéances de 2011, on laisse entendre qu’Etienne Tshisekedi a salué l’idée du président national du MPCR, Jean-Claude Vuemba, d’organiser incessamment les Etats Généraux de l’Opposition politique, au cours desquels serait principalement arrêtée une stratégie commune en vue de faire front contre le pouvoir en place lors des élections urbaines, municipales, locales, législatives et présidentielle. Il a félicité ce député national pour son courage politique et son patriotisme à travers ses prises de position ayant pour unique objectif la défense des intérêts du peuple congolais.

Quant aux antivaleurs, Etienne Tshisekedi a particulièrement vilipendé la corruption, cette gangrène qu’il a tenue pour responsable du sous-développement du pays. Il a réitéré son engagement à se battre pour l’éradication de toutes les antivaleurs qui empêchent le peuple congolais de vivre heureux, depuis maintenant 50 ans.

Parlant des dissensions internes qui déchirent son parti, l’UDPS, le « Lider maximo » a indiqué que la nomination de Rémy Massamba à la coordination de l’organisation du Congrès se veut un signal fort dans la voie de la réconciliation et de l’unité de cette formation politique. Etienne Tshisekedi a tenu à souligner que c’est le débat d’idées qui va faire avancer l’UDPS et non pas les querelles entre individus.

                                               Jacques Kimpozo

 

Leave a Reply