Trois brigands dans les filets de la police criminelle

A la lumière de plusieurs braquages, Kimbuala, Mimoza, Brikin, Kinsuka pêcheurs, Ozone et Delvaux, ces quartiers de Ngaliema, ont été circonscrits comme le fief de la bande à caporal Mbuza Mazo où ce brigand très recherché par les services d’enquête de la police, faisait sa loi. Cette délimitation de la zone opérationnelle de ce malfaiteur a permis au Bataillon de la police d’investigations criminelles de concentrer sa traque des brigands dans cette partie de la ville de Kinshasa. Ces efforts ont payé, car la semaine passée, les enquêteurs sont tombés enfin, sur le fameux caporal, au début de ce mois de juillet.
Avec sa capture, deux de ses coéquipiers sont tombés eux aussi dans les filets de cette unité de la police. Il s’agit d’Alain Kinkela Masamuna, résidant au camp Munganga et de Tshimanga Bilengi alias Amigo, domicilié à Kimbuala, commune de Mont Ngafula.
 
Que sait-on d’autre de cette bande ?
On sait souvent qu’entre deux courses de service, les chauffeurs des véhicules privés pour se renflouer les poches, font clandestinement le taxi à l’insu de leurs patrons. Dans une ville infestée par des bandits, ces courses ont quelquefois été à la base des malheurs rencontrés par certains conducteurs. En témoigne la série de braquages perpétrés ces derniers temps dans la partie Est de Kinshasa.
Dans cette série noire, figure le braquage d’une jeep de marque Toyota Fortuner en parfait état de marche et à l’allure mécanique impeccable que cinq bandits avaient arrachée dernièrement au chauffeur. Pourtant, ce conducteur avait pris l’habitude de transporter des passagers qui sollicitaient des courses de taxi, sans que cela puisse constituer pour lui un danger quelconque. En juin dernier, cinq gaillards qui voulaient effectuer des courses express, ont convenu de lui payer 50 dollars. Ayant consenti ce service, il les a embarqués au camp Mabaya, à Ngaliema, et effectuait à leur demande, des trajets dans plusieurs coins de la ville.
 
Au cours d’un de ces déplacements, ces brigands ont menacé de le tuer avec leurs armes et lui ont arraché les clés de contact. Ils portaient des armes de guerre, a indiqué la victime qui se rappelle que les malfaiteurs ont ensuite pris avec cette jeep, une destination inconnue.
Cette jeep Toyota Fortuner appartenant à Mme Jacqueline Penge, comme il faudrait le signaler, portait l’immatriculation 2648 AF 01.
Aujourd’hui, on reproche également à ces hors-la-loi, le braquage de la pick up Toyota Hilux de couleur bleue foncée, propriété de la société Ledya, qu’ils croyaient en mission de convoyage des fonds de cette entreprise.
 
Intrigués par le professionnalisme de ces bandits dans les braquages, les enquêteurs de la police criminelle se sont intéressés aux plaintes de différentes victimes. Ce qui les a amené à déceler dans le passé criminel de cette bande des malfaiteurs, le braquage en date du 28 avril 2012, de Dr Amisi Chantal Amifa, médecin au Centre médical Monkole à Mont Ngafula.
Au domicile de ce disciple d’Hippocrate, sis au quartier Mazamba, dans la commune de Mont Ngafula, les bandits ont emporté plusieurs biens de valeur appartenant à la victime, dont des appareils électro-ménagers, des effets vestimentaires, des bijoux et une somme d’argent dont le montant ne fut pas déterminé. 
A titre de pièce à conviction, les limiers ont saisi sur l’un des membres de cette bande, leur arme Fa avec chargeur garni, encore en bon état.
Aujourd’hui, les investigations se poursuivent pour reconstituer le palmarès partiel des autres braquages perpétrés par ces inciviques.
 
                                                J.R.T.   
 

Leave a Reply