Tripix/Ndjili : un «wewa» fauché à la 14ème rue Limete

justice-balanceL’affaire inscrite sous  RP 12635 au Tribunal de Paix de Ndjili initiée par Kayembe Yakobo   a été de nouveau  instruite hier mardi 11 février 2014.

Dominique Nsala,  poursuivi pour homicide involontaire sur Kayembe wa Kayembe ,  excès de vitesse et   défaut d’assurance , a plaidé non coupable.  Le ministère public a requis le défaut à l’intention d’Omer Kibefu, la partie civilement responsable pour n’avoir pas été présente à l’audience d’hier.

Le  ministère public et  Me Otshudi,  avocat de la partie civile, ont fait savoir  qu’en date du 7 septembre 2012, le prévenu  qui était à bord d’une Jeep Mishubishi  non assurée  et se trouvait à la hauteur de la 14ème rue  avait  cogné  violemment Kayembe. Il roulait à vive allure.  Les  passagers de la Jeep avaient  été grièvement blessés, a précisé Otshudi.

 Le prévenu et la partie civilement responsable n’ont pas contribué aux obsèques du défunt.

            Nsala a fait observer que l’agent de roulage réglait la circulation et le  motocycliste se trouvait  derrière un gros véhicule.  Il a affirmé qu’il  roulait à 40 km/heure. Il venait du côté de Limete Kingabwa et se dirigeait vers le petit boulevard. Le  jeune homme  avait effectué un mauvais dépassement et était venu le cogner. Il  l’avait  évité, et était  allé heurter  la bordure de la chaussée. Il a précisé qu’il se trouvait sur sa bande et quand l’autre l’a vu, il avait lâché sa moto.

            Me Nzuzi Luyeye, conseil du prévenu, a fait savoir que l’opj du PCR, dans son PV, disculpe son client. Il a ajouté que l’opj a parlé de collusion.

Autre son de cloche

            Le conseil de la partie civile a affirmé que cet opj n’a pas dit la vérité. Et pourtant, la Jeep a été endommagée, un pan du pare-brise fissuré, le rétroviseur du côté gauche cassé, une partie du pare-chocs enfoncée, un des pneus de la partie avant abîmée…. Ceci montre que le chauffeur roulait à vive allure, a-t-il indiqué.

            Sur proposition de Me Otshudi, Rocher Kalala, frère aîné de Kayembe, a pris la parole pour dire que lui et le défunt venaient du côté de Bongolo et avaient emprunté le petit boulevard.  Il n’y avait pas un gros véhicule devant eux. Il a sorti un croquis de ses paperasses, contredisant celui dressé par l’Opj du PCR.

            Me Nzuzi a demandé au tribunal de rejeter le croquis de Kalala parce qu’il n’a pas été déposé au tribunal au moment opportun. Il a affirmé que dans le PV, on parle de Kalala Kalonji  et le frère aîné du défunt n’a jamais voulu faire une déposition devant l’Opj.

            Le ministère public  s’est prononcé pour l’arrestation immédiate du chauffeur et sa condamnation, conformément à la peine prévue pour l’infraction d’homicide involontaire qui est de 3 mois à deux ans de SPP mais aussi celle de la partie civilement responsable, mettant les frais d’instance à charge du prévenu.

Appelé à plaider, Me Otshudi a abondé dans le même sens que le ministère public. Tout au long de la plaidoirie, il  s’est efforcé d’asseoir les trois préventions retenues à l’endroit du prévenu. Comme DI, il a avancé la somme de 250.000 dollars américains. Son contradicteur a réfuté les accusations portées contre son client.

            «Les faits créent le droit », a souligné Me Nzuzi.  Il a dit que le ministère public n’a jamais été présent sur le lieu du drame moins encore établi le croquis de l’accident.

            Le tribunal a clos les débats pour se prononcer dans le délai.

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply