Tripaix/Pont Kasavubu : l’expertise de Vodacom exigée

Zemanta Related Posts ThumbnailL’instruction de l’affaire souscrite au RP 10.384/5 relative à la citation directe de Me Idriss’a Shabani wa Shabid, avocat au Barreau de Bandundu contre son ancien client Ernes, Nwajiaku Ifeanyi gérant des Etablissements Alitraco Motors   s’est poursuis au tribunal de Paix du Pont Kasa-Vubu.

            C’était à l’audience publique du lundi 3 février 2014. Les avocats de deux parties ont étalé leurs moyens de défense en vue de permettre à la justice de départager les deux camps en conflit. Ernest était assisté par Me Charlène Yangazo Bukasa et François Ohomahoma, respectivement avocats au Barreau de Kinshasa/Matete et Gombe.

   Au cours de cette séance houleuse, la chambre du tribunal de Pont Kasa-Vubu a fait face à un dilemme. Car, la défense du citant a suggéré au tribunal  de rendre un jugement « avant dire droit » pour qu’à travers ce jugement que le tribunal fasse une réquisition à l’entreprise téléphonique  Vodacom. Etant donné que la réquisition faisant état de la poursuite de l’instruction du dossier, était faite par la partie citante.

            Par rapport à la demande de la partie citante, le tribunal a rappelé à la partie civile qu’à l’audience passée les deux parties ont décidé de commun accord que la partie citante cite Vodacom comme témoin.

            Etant donné que la partie citante est butée à la difficulté de brandir devant les membres de la Cour, les preuves des soit disant menaces que lui auraient proliférées son ancien client Ernest. A cet effet, le tribunal a accordé deux semaines à Me Shabani et ses avocats. Quatorze jours pour entreprendre toutes les démarches possibles auprès de l’entreprise téléphonique Vodacom Congo.

            Si Vodacom ne comparait pas à l’audience prochaine, le tribunal va passer outre cette demande de la partie citante et appeler les parties a entamé la phase de la plaidoirie, explique Me Charlène Yangazo Bukasa.

            Pour rappel, l’affaire pour laquelle Me Idriss’a a plaidé conjointement avec Me Charlène Yangazo Bukasa au premier et au second degré pour le compte du sujet nigérian Ernest dont il réclamait 25 000 dollars américains comme frais d’honoraires pour ses prestations dans ladite affaire. Cette affaire opposait  son client Ernest à Benjamin Akamelu, patron des établissements Anamex Motors sous RPE 081, RPE 109, et RPA 11 899 au tribunal de commerce de la Gombe à Kinshasa  et à la Cour d’Appel de la meme juridiction.

            Cependant, le tribunal de commerce avait attribué les dommages et accordé d’un montant de 25 mille dollars américains tout en interdisant l’importation et la commercialisation desdits produits aux établissements Anamex Motors.

            Après cela, Benjamin Akamelu, patron des établissements Anamex Motors est allé en appel contre son compatriote Ernest Ifeanyi. A ce stade, le juge de la cour d’appel de la Gombe a réduit les dommages et intérêts de 25.000$ à 2.000 dollars américains. Et, d’après les avocats d’Ernest, il y a  anguille  sous roche dans cet écart.

            Face à cette réalité, le tribunal a renvoyé la prochaine séance au 17 février.

                 Dorcas NSOMUE 

Leave a Reply