Tripaix/Ndjili : confusion autour d’une parcelle à Masina

Marie Ngalula et le Kaya Oniumbe se disputent une parcelle sise  avenue Mfumu, numéro 2, quartier Matadi,  commune de Masina. Ngalula habite présentement dans la parcelle querellée.  Condamnée au premier degré pour occupation illégale, elle a relevé appel au niveau du Tribunal de Grande Instance « TGI » de Ndjili. Ce dossier est enrôlé sous RPA 1942.

De tous les témoins attendus lundi 7 octobre 2013 à la barre,  seul le chef de quartier Séraphin Manisa a répondu présent.

Me Bilesi, conseil  de Kaya, a présenté un autre  témoin  non  cité lors de la précédente audience, arguant que sa présence était nécessaire pour éclairer le tribunal. Son contradicteur n’était pas de cet avis.

Le ministère public a dit que seuls les témoins préalablement cités, avaient le droit de témoigner.

Dans sa déposition, le chef de quartier Manisa a affirmé que Kaya avait cédé la parcelle en question à son épouse Nsenga et que Ngalula était la femme de feu Mfumu.  A la suite du saccage opéré par des jeunes gens de Masina, l’ancien registre du bureau de quartier Matadi  où il y avait  le nom de Nsenga avait été brûlé en 2005. Et le nom de la dame ne figurait pas dans le nouveau registre. Les querelles entre Kaya et Mfumu avaient éclaté  après 2005. A une certaine époque, Kaya réclamait deux terrains à Mfumu, a-t-il précisé.

Les titres parcellaires avaient été établis avant la naissance du conflit.

A une question de l’avocat de la partie citante  sur cette querelle,  le témoin a dit que Kaya voulait  voir « démolir » la maisonnette  construite dans sa parcelle.

Finalement, ils avaient trouvé un terrain d’entente.

L’avocat de Ngalula a exhibé un PV établi par Célestin Kapita ,  le chef de service contentieux de Masina,  dans lequel il était dit que la parcelle de l’avenue Nzama appartient à Kaya, deux autres à Mfumu et celle de l’avenue Kidinda à Kidinda.

Manisa a répondu avoir apposé sa signature sur ce PV  en sa qualité de chef de quartier.

L’avocat de Ngalula n’a pas été convaincu de cette réponse. L’instruction va se poursuivre le 25 octobre 2013 avec la comparution de Kapita , Manisa et probablement d’autres témoins.  La plaidoirie interviendra le même jour.

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply