Thomas Luhaka parle d’anarchistes

thomas-luhakaAussitôt après avoir appris son auto-exclusion du MLC (Mouvement de Libération du Congo), Thomas Luhaka, Secrétaire Général de ce parti et ci-devant Vice-Premier ministre et ministre des Postes, Téléphones, Télécommunications, Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, a réagi par la voix d’un membre de son pré-carré qui a requis l’anonymat. Selon l’interlocuteur du Phare, les trois signataires de la lettre l’excluant du parti n’ont pas qualité et partant tombent sous le coup de la violation des statuts.

Leur décision, soutient-il, est nulle et de nul effet car non validée par le collège des Fondateurs, actuellement composé de 16 membres.
Le quorum n’ayant pas été atteint, affirme le « porte-parole » de Thomas Luhaka, le document remis hier aux médias peut être considéré comme l’émanation d’un groupe de trois « amis » qui se sont retrouvés au siège du MLC pour comploter contre le Secrétaire général. La même source a relevé que Fidèle Babala (prévenu devant la CPI), Alexis Lenga et Jacques Lungwana étaient tous candidats ministres, de même que la petite sœur de Jean-Pierre Bemba, la nommée Françoise Bemba. Leur colère à l’endroit du SG du MLC découlerait de leur absence de la liste du gouvernement.

Parlant de parallélisme de forme, le « porte-parole » a signalé que les trois précités avaient été nommés à leurs fonctions actuelles de Secrétaires généraux adjoints chargés des questions politiques, de la Coordination des Fédérations et des Finances par Thomas Luhaka. Par conséquent, ils n’ont pas qualité pour le démettre de ses fonctions. Il a martelé qu’au regard des statuts, l’acte posé par Babala, Lenga et Lungwana relève de l’anarchie. Compte tenu de sa gravité, il va prendre incessamment ses responsabilités et sévir en conséquence.
Interrogé au sujet de la position de Bemba face à l’entrée au gouvernement de plusieurs cadres de son parti, le proche de Thomas Luhaka a laissé entendre que le « Chairman », qui avait autorisé les siens à participer aux Concertations nationales, n’y est pas du tout opposé, puisque sa propre sœur était sur la liste des candidats ministrables. A l’en croire, le Secrétaire Général du MLC a la pleine confiance de Jean-Pierre Bemba et continue de tenir fermement les rênes du parti.

Bref, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la présence des cadres du MLC au sein de l’équipe Matata II ne peut pas constituer une cause de son implosion car les intéresse jouissent de la bénédiction du « Chairman ». Kimp

One Comment

  1. Salut à tous!
    Je prends avec beaucoup de réserve les déclarations du « porte parole » de Thomas LUHAKA.
    Mais si par impossible, ses propos tels que transcrits ci dessus s’avèrent véridiques et que LUHAKA s’apprêterait à prendre ses responsabilités, je me dis déjà que le pouvoir de Mr KABILA aura réussi son grand coup, celui de noyauter et déstabiliser coûte que coûte le MLC qui, malheureusement et visiblement est constitué des cadres qui jouent le jeu du pouvoir sans le savoir.
    Dans ce même contexte, posons-nous la question la question: « où sont passés TAMBWE MWAMBA, OLIVIER KAMITATU, YVES KISOMBE, ANTOINE GHONDA, VALENTIN SENGA, FRANCOIS MWAMBA et tous les autres???????

Leave a Reply