TGI/Matete : accusé pour l’argent versé pour sa parcelle

NIONDO Maurice est accusé au tribunal de grande instance de Matete pour son propre argent par ADIMA OLANDU. Ce dernier se plaint d’avoir été obligé sous contrainte de signer une décharge de 30.000$. Les deux parties ont comparu en personne lundi 20 décembre 2010 assistées de leurs conseils, dont Maître Michel KADIMA et Maître Dieudonné LUTUMBA pour NIONDO Maurice et Maître ONEMA pour ADIMA OLANDU. En 2006, NIONDO Maurice était en Angola.  En son absence, ADIMA OLANDU a rencontré sa femme et en tant que chef de Bureau des Affaires foncières, il voulait que NIONDO le finance pour qu’il ait les titres de propriété pour  lotir un terrain. De retour d’Angola, quelques jours après, NIONDO a été abordé par ADIMA qui lui a exposé son affaire, dans l’ambiance familiale, comme ils sont tous tetela. Il lui a proposé un terrain à Masina connu de la femme de NIONDO. Pour la dame, c’était pour un blanc, ça ne créera pas des problèmes. NIONDO soutiendra que pour son frère tetela, il ne pouvait pas  mentir. C’est ainsi qu’à partir de là, ADIMA se rendait presque chaque jour pour prendre de l’argent ou envoyait son garçon de course LOKWA Dova.

 La 1ère  fois, ADIMA est passé » au comptoir des diamants là où  travaille Niondo pour toucher 10.000$, la 2ème fois pour prendre

 2000$, la 3ème fois 7500$, la 4ème fois 5000$ toujours pour le même terrain. Maurice Niondo est reparti en Angola pour une année. A son retour, il a constaté que ce terrain était occupé par une autre personne. Adima lui a demandé d’aller voir le conservateur  des titres immobiliers pour être rassuré qu’il lui a donné un vrai document. C’est ainsi que Niondo a contacté son frère Hiombo tout agité, en expliquant qu’il avait conclu  une affaire avec un certain Adima qui travaille aux affaires foncières, à qui il a remis 50.000$ et jusqu’aujourd’hui, rien ne bouge. Hiombo, grâce à ses nombreux amis des affaires foncières, a contacté son ami Popol KAPINGA qui a témoigné  lors de cette audience et  qui travaille aussi là bas pour qu’il aille voir le conservateur WALTER aux Affaires foncières. Ce dernier était catégorique : le document était faux. Déçu Niondo a fait venir tout le monde dans la salle de réception là où il travaille, notamment Adima, Dova son garçon de couse, Hiombo, Popol. Celui-ci a expliqué que le conservateur lui a dit que c’était un faux document. Adima de lui-même ne reconnait que 30.000$ et promet de  payer une partie en espèces et une autre en nature. Maurice essaye de résister, mais finalement il a accepté de régler cette affaire à l’amiable, au lieu de tout perdre. Peu après, ils sont allés voir la parcelle en question, au triangle de l’UNIKIN. Maurice a refusé, ils sont allés voir une autre au niveau de Sans-fils que Maurice avait accepté. Juste après, il a commencé à construire et mit d’abord la clôture.
 Pour une autre partie, il a fait une décharge selon laquelle dans les 3 mois, il allait payer. A l’échange, il trouve qu’il n’a pas restitué son argent, il fait encore une 2ème décharge pour un délai de 20 jours. Cette fois encore, toujours rien. A la 3ème décharge, en cas de non payement, il mettra sa maison en vente. Après cette décharge, Adima a versé un acompte de 1000$ auprès de Popol qui jouait à l’intermédiaire et a établi encore une autre décharge. Après cela, Niondo Maurice a effectué un voyage à Kisangani en 2008 où il a connu un accident qui l’a conduit en Afrique du Sud pour les soins. Pendant tous ce temps, l’affaire était en veilleuse. En 2010,  Maurice est revenu pour continuer sa construction, et déposer sa plainte au parquet de Matete. A sa grande surprise, il a reçu une convocation de la police, accusé par Adima qui est allé trouver un avocat et a fait une citation directe estimant que Maurice et ses frères l’ont obligé sous contrainte de signer une décharge de 30.000$ en faveur de Maurice et il relève dans sa citation directe que ladite  décharge constitue une infraction d’extorsion de signature qui fut opérée en présence de Lokwa Dova proche d’Okito Jean qui n’est pas connu par la partie citée et de Kapinga Popol ainsi que de trois autres personnes non identifiées. Il nie avoir versé l’acompte de 1000$ à Popol. Adima estime aussi dans sa citation directe qu’ayant subi un préjudice énorme pour tous ces faits, il a demandé au tribunal, la somme de 10.000$ ou l’équivalent en Francs congolais à titre de dommages et Intérêts pour tous préjudices confondus.
 Après avoir entendu suffisamment les deux parties, le tribunal a renvoyé l’affaire à deux semaines. Les témoins Hiombo, Okito, Popol, et tous les autres cités et le citant devront comparaître en personnes à cette prochaine audience.
Anto Matempu
Tshinguta

 

Leave a Reply