TGI/Gombe : Kin-Mazière : le bras de fer continue entre prétendants propriétaires

Le Tribunal de Grande Instance de la Gombe, chambre II, a poursuivi le mardi 7décembre l’examen du dossier RPA 18.292, opposant Mobutu Ngombo Toku à Alain Poussy Katok. Le juge-président Réné Sibu, assisté des juges Amadi et Ntomba, ainsi que du greffier Ngolela Thèrèse a commencé par prendre l’avis des conseils du citant Mobutu. Selon leur version, feue Marie-Antoinette Mobutu avait acheté un terrain en 1977 et construit un immeuble à usage commercial, sis au croisement des avenues Tombalbaye et Congo du plan cadastral n° 47/14 de la commune de la Gombe. Le certificat de cette société était enregistré aux noms de ses cousines, l’une nommée Gisèle et l’autre Marie-Louise Mazière, qui n’étaient que des prête-noms. Et ce sont elles qui en assuraient la gérance. Après la mort de Maman Antoinette, les deux sœurs contunuaient à assurer sa garde comme par le passé. Alain Poussy, selon les mêmes avocats, en ce temps-là s’était présenté peu après pour la location d’un niveau, pour le compte d’une agence qu’il souhaitait mettre en place. Ces dernières l’avaient aiguillé vers leur frère Nabiyula pour la négociation du contrat.

 Ce dernier après avoir entendu cela est parti pour ne plus revenir. Quelques temps après, Alain Paussy était revenu, prétendant avoir eu la permission du feu président Mobutu qui lui aurait autorisé d’assurer la sécurité dudit immeuble. C’est à ce moment là qu’il s’est fait nommer Directeur de Kin-Mazière. Quelques années plus tard, il va se faire délivrer de vrais-faux documents de cession, en imitant la signature de Nabiyula qui n’était même pas présent au moment des faits. Les Mazière étant impuissantes face aux pressions de Poussy, ont fini par se soumettre et céder l’immeuble. C’est ainsi que le fils Mobutu réclame son héritage. On rappelle que parmi les deux Mazières, Gisèle n’est plus.

            Par contre, le cité en réplique a contesté en soutenant que la société Kin-Mazière appartenait aux Mazière et non à Maman Mobutu. Celle-ci ne fréquentait Kin-Mazière qu’entant que client. Et qu’il y avait même des moments ou elle passait des commandes des habits auprès des Mazière qui fréquentaient souvent l’Europe en leur qualité de commerçantes. C’est lorsque le commerce ne marchait plus que celles-ci l’ont vendu à 4millions de dollars, pour investir à l’étranger. Toutes les raisons qu’avancent les Mazière ne sont que des échappatoires pour distraire le Tribunal.

            Ceelui-ci, après avoir été suffisamment éclairé, a pris la cause en délibéré pour rendre son jugement dans le délai légal. 

Muriel Kadima

Leave a Reply