Tapages : le « couloir Madiakoko» tient le flambeau

Depuis plusieurs années, le « couloir Madiakoko » bat le record des tapages nocturne. De l’avenue Oshwe jusqu’à celle du stade règne un bruit infernal de la fin de l’après-midi jusqu’aux petites heures du matin. Avant que l’hôtel de ville n’interdise la vente de la bière dans des endroits ouverts avant 17 heures, les baffles du secteur diffusait de la musique à tue-tête.

Les principales victimes des bruits ne sont autre que ceux des élèves et étudiants, fort perturbés pour la révision de leur leçon ainsi que la rédaction des devoirs ou travaux pratiques. Travailleurs ou malades ont également du mal à trouver un sommeil réparateur pour leur organisme fatigué.

Kévine Nseka Beya

(Stg/UPN)

Leave a Reply