Table ronde sur les politiques éducatives : les participants satisfaits des échanges d’expériences éducatives

Enfin, après trois jours d’intenses réflexions, analyses et échanges d’expériences sur les systèmes et les stratégies éducatives des pays qui ont participé, du 26 au 28 juillet 2011, aux travaux de la Table ronde sur l’Education et son rôle dans la consolidation de la paix dans les pays post-conflit, les participants ont assisté hier, jeudi 28 juillet 2011, à la clôture de ces assises. En  effet, Maker Mwangu Famba, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.) a procédé à cette clôture, en présence de plusieurs personnalités du monde éducatif congolais et africain. A cet effet, on a noté la présence d’Arthur Sedea Ngom, vice-ministre à l’Epsp, en charge de l’Enseignement professionnel, de Dieudonné Lufunisabo, secrétaire général à l’Epsp,  de Byll-Cataria Alhin, secrétaire exécutif de l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique (ADEA), de Magochi Kiragu, représentant du ministre kenyan de l’Education et Yao Ydo, représentant de l’Unesco/Breda, ans compter une quarantaine d’experts tant congolais qu’africains.

Prenant la parole à cette occasion, Maker Mwangu Famba a avoué sa satisfaction de constater que les participants se sont  engagés dans un dialogue conceptuel et concre. Ils ont, par là, renforcé leurs connaissances sur le rôle de l’éducation dans la consolidation de la paix et se sont penchés sur les implications en termes de politiques et de pratiques. Ils ont échangé des idées sur les bonnes pratiques et les stratégies de mise en œuvre. 

Il a relevé aussi que cette Table ronde a contribué au renforcement de la coopération entre les organismes impliqués dans l’éducation en Afrique avec un large éventail d’acteurs de l’éducation pour, enfin, accroître le développement de l’enseignement, de la recherche  et des services consacrés à la culture de la paix.

En affirmant que les objectifs ont été atteints, le ministre de l’Epsp a  pensé au partage d’informations pertinentes et de bonnes pratiques  visé par cette table ronde sur le Pôle de qualité inter-pays de l’ADEA ett l’éducation pour la paix. Il s’agit particulièrement d’une meilleure compréhension des défis liés aux conflits et à la fragilité auxquels les pays post-conflit sont confrontés ; la promotion des valeurs, idées et compétences fondamentales associées à l’Education pour la paix.

Avant cette clôture, les représentants de pays hôtes, à savoir, le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Zimbabwe, la Somalie, le Burkina Faso, le Kenya et la Rd Congo ont exprimé leur satisfaction d’avoir contribué à ces échanges d’informations et d’expériences éducatives qui vont, à coup sûr, les aider à mieux formuler les stratégies éducatives dans leurs pays. Et cela pour le grand bien de leurs jeunesses.

SAKAZ

Leave a Reply