Sud Ubangi : l’insécurité chasse les Humanitaires

La Mission des Nations-Unies en RDC (Monuc) a fait état le mercredi 24 mars 2010 d’une situation sécuritaire relativement calme dans la province de l’Equateur malgré les attaques des rebelles contre les patrouilles des Forces armées de la RDC, particulièrement le long du fleuve Congo et des rivières Ubangi et Ngiri. Ainsi, la brigade de l’Ouest de la Force de la Monuc a décidé de s’impliquer dans la surveillance de près de cette situation. Cependant, suite à l’insécurité dans la zone, la communauté humanitaire a suspendu au courant de cette semaine ses missions à destinations de Buburu et Bomongo, dans le Sud-Ubangi. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies en RDC(OCHA), une mission du Comité international de la Croix-Rouge(CICR) et la Croix-Rouge de la RDC se rend à partir de ce jeudi 25 mars à Dongo pour l’assainissement de la cité et l’exhumation des corps afin de les enterrer dans des sites appropriés. Entre-temps, celle qui devait se rendre à Zongo est reportée à la semaine prochaine.

En ce qui concerne l’identification des réfugiés rd Congolais au Congo/Brazzaville, le Haut-commissariat pour les Réfugiés (HCR) a enregistré depuis le 16 janvier 69.394 personnes dans 4 districts du Département de la Likouala. La comptabilité indique donc 54.646 individus à Betou, 3.589 à Enyele, 6.586 à Dongou et 4.573 à Impfondo. Toutefois, l’enregistrement dans les districts de Impfondo et Dongou n’a pu être conduit que sur les sites accessibles par route, ainsi que ceux situés au Nord de Dongou. D’où la suspension temporaire de l’enregistrement qui reprendra dès que les conditions de sécurité le permettront.

Nord-Kivu : encore des exactions à Masisi et Walikale

Selon la Monuc, plusieurs rapports sont reçus concernant l’insécurité causée par les représailles des éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda(FDLR) contre les civils. C’est dans ce contexte général que les opérations Amani Leo se sont poursuivies dans cette province autour d’Ushindi, situé au Nord de Goma et de Muhanga, situé à l’Ouest de Kashebere. Sur un autre registre, Ocha souligne que les populations des territoires de Masisi et de Walikale sont toujours en proie à des exactions de divers ordres de la part des groupes armés. Des pillages, des travaux forcés ainsi que des extorsions des biens sont signalés. Les femmes qui fréquentent le marché de Sake sont obligées de laisser une partie de leurs produits champêtres aux militaires.

 Province Orientale :une opération conjointe en gestation

Selon Oxfam Québec, un total de 53 cas d’incidents de protection ont été enregistrés dans le district du Haut-Uele. L’essentiel de ces cas est survenu dans le territoire de Dungu. Ces incidents vont du simple vol dans les champs des déplacés à Isiro par des éléments en uniforme et quelques autochtones jusqu’au pillage des champs de la population à Doruma, en passant par les tracasseries au niveau des barrières.

Face aux nouvelles attaques des rebelles ougandais de la LRA, l’armée loyale et la Monuc envisagent une opération conjointe. Les détails de cette démarche n’ont pas encore été livrés. Enfin, pour permettre aux populations bloquées dans la forêt de Mokato, au sud du territoire d’Irumu depuis décembre 2009, de rejoindre les zones sécurisées par les forces de l’ordre, un corridor humanitaire sur l’axe Mokato-Ozoba-Aveba est instauré. Selon le Commissaire de district adjoint de l’Ituri, une première vague de 400 personnes est sortie le week end dernier. On estime à quelque 5000 le nombre de personnes se trouvant dans cette forêt.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply