Sud-Kivu : l’E.P. Kashunguri désormais dans la famille des écoles Airtel

  Après les E.P Ngwanza à Kinshasa/Mikondo, Bena Ntite au Kasaï Oriental et Tshela I dans le Bas-Congo, voici Airtel  au Sud Kivu dans le cadre de la poursuite de son programme de responsabilité sociale d’adoption des établissements scolaires, particulièrement ceux situés dans des milieux défavorisés.
Dans la province du Sud Kivu, le dévolu du réseau n°1 de la téléphonie mobile en République démocratique du Congo a été jeté sur l’école primaire Kashunguru située à Mudaka, dans le territoire de Kabare, à quelques encablures de Bukavu.
La cérémonie officielle de la pose de la première pierre pour confirmer l’engagement de la société Airtel a eu lieu le vendredi 15 juin 2012.
Il était 10 heures locales lorsque le cortège rouge et blanc traversait la localité de Mudaka sous l’animation de la fanfare et les applaudissements des habitants, en majorité des enfants en uniforme bleu et blanc.
Pendant ce temps, les autorités politico-administratives, comme celles ecclésiastiques de la Communauté des églises libres du Pentecôte en Afrique (CELPA), faisant partie de la 5ème communauté de l’Eglise du Christ au Congo, étaient déjà au lieu du rendez-vous. L’ambiance était vraiment de fête.
Le « parent adoptif » était fortement représenté notamment par le Directeur Région Grand Est Airtel Aymé Makuta, le chargé de la responsabilité sociale Alain Loji, le marketing manager Flory Luhanga, ainsi que par plusieurs employés d’Airtel Bukavu.
Les élèves de l’école primaire Kashunduri, leurs parents et autres habitants de Mudaka, étaient également de la partie pour vivre en live la cérémonie visant la modernisation et la prise en charge de leur établissement.
 
Par ailleurs, Airtel qui continue d’étendre son programme de responsabilité sociale d’adoption des écoles sur l’ensemble du territoire national, justifie le choix porté sur l’E.P Kashunguri par le fait que cet établissement scolaire ne répondait pas aux normes modernes. Et, en plus, l’école était dans une situation de précarité. 
Complètement construite en bois, cette école conventionnée protestante de la CELPA, est fréquentée par quelque 400 élèves.   
Après la cérémonie officielle d’adoption, indique-t-on, le « père adoptif » commencera d’abord par élever le niveau de l’école en la modernisant avec la  construction en matériaux durables des bâtiments et salles de classe.
 
La deuxième phase concernera l’équipement de l’établissement en matériels didactiques appropriés.
Il importe de rappeler que depuis qu’Airtel a pris la décision d’adopter des écoles situées dans des milieux défavorisés en vue de leur modernisation, la société est à ce jour à la quatrième province, du pays. Après la capitale Kinshasa, le Kasaï Oriental, le Bas-Congo, c’est maintenant le tour de la province du Sud Kivu. Preuve qu’il s’agit d’un programme national, et non de la seule ville province de Kinshasa.
Il s’agit pour Airtel de concrétiser sa volonté de contribuer avec un impact visible au développement socioéconomique de la République Démocratique du Congo, particulièrement dans le domaine de l’éducation.
 
Dom    

Leave a Reply