Statu quo sur le front militaire, selon la Monusco

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la paix en Rd Congo (Monusco) est revenue, lors de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies d’hier mercredi 27 juin 2012 au siège de la Monusco, sur la situation militaire relative à l’agression dont la Rd Congo est victime dans sa partie orientale.
Le porte-parole militaire de la mission onusienne, le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, a révélé que les positions sur terrain n’ont pas connu de modification. « Les rebelles du M23 continuent de maintenir leurs positions à Runyoni, Tshanzu et Mbuzi », a-t-il dit. En clair, les infiltrés rwandais tiennent leurs positions face aux forces gouvernementales. 
Toujours dans le même contexte, la presse a tenu à savoir ce qu’il est advenu des 11 infiltrés rwandais qui ont été interrogés par une commission mixte du gouvernement de la Rd Congo, celui du Rwanda, et aussi par la Croix-Rouge international. Le porte- parole de la Monusco a indiqué que les 11 éléments sont toujours dans le camp DDRR de la Monusco, en attendant que les gouvernements précités décident de leur sort. 
 
Au cours de la même conférence de presse, le porte- parole militaire a confirmé les nouvelles défections des éléments ex-CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) enregistrées au sein des Forces armées de la Rd Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC). Les infiltrés rwandais provenant de l’ex-CNDP ont rejoint la nouvelle agression de la Rd Congo qui porte la marque de M23.
Le porte- parole militaire de la Monusco a signalé que le 17 juin 2012, le 322ème régiment commando FARDC a conduit des opérations de bouclage et de ratissage au village Rumuvu, situé à 14 kilomètres au Sud de Rutshuru, et repoussé les rebelles rwandais du M23 vers Bugina, situé à 13 kilomètres au Sud de Rutshuru. 
 
Par ailleurs, à en croire le porte- parole militaire onusien, les Mayi-Mayi sont restés actifs dans la province du Nord- Kivu.  Les Mayi-Mayi Rahiya Mutomboki ont mené des attaques contre la PNC au village Kihundu et contre les FARDC à Katoya. Ils ont également pris pour cible un hélicoptère de la Monusco de type « Oryx » en mission dans la zone. La Force de la Monusco y a opposé une riposte vigoureuse proportionnelle à l’attaque subie, dans le but de dissuader toute tentative d’intimidation de la part des groupes armés concernant l’exercice de son mandat de protection des populations civiles.
Il a signalé aussi que les 18 et 19 juin 2012, six éléments Mayi-Mayi Cheka ont été tués, deux autres arrêtés et deux armes récupérées par les FARDC, lors des accrochages avec les membres de cette milice à Limangi, situé à 45 kilomètres au Nord-est de Walikale.
Les 20 et 21 juin 2012, a dit le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse, les FARDC ont lancé une opération contre les groupes Mayi-Mayi opérant dans la région à l’Ouest de Nyamititwi, tué huit combattants, arrêté six autres et détruit deux campements.
 
Jean- René Bompolonga  

Leave a Reply