Soutien du Rwanda au CNDP/M.23 : la RDC dénonce à l’Onu… et après ?

Des millions de Congolaises et Congolais restent préoccupés par la suite que l’Onu d’abord et les officiels congolais ensuite comptent réserver au Rwanda, après avoir dénoncé son implication dans la dotation du CNDP/M.23 en armes, munitions, troupes et finances. S’il y a quelque chose qui devrait les réjouir, c’est le courage pris par le gouvernement congolais de porter au « tribunal » des Nations Unies un dossier dont la gestion parait embarrasser beaucoup de monde sur la place de Kinshasa. 
Au plan diplomatique, la RDC est en train de marquer des points.
 L’autre paire de manche à franchir va consister à capitaliser cet acquis, de manière à obtenir le changement de la situation sur le terrain. C’est ici le lieu de constater que pour mettre fin aux actions du Rwanda visant la déstabilisation du grand Congo et sa balkanisation, il va falloir jouer serré.
Car, de son côté, le régime de Kigali a pris l’option non seulement du rejet en bloc de toutes accusations portées contre lui, mais surtout de la diabolisation de toutes les structures des Nations Unies et de l’Union Européenne qui viennent d’épingler le Rwanda comme le principal facteur de l’insécurité ambiante dans la partie Est de la République Démocratique du Congo.
 
Si les autorités congolaises ne font pas attention, elles risquent d’être entraînées dans un dialogue de sourds, avec comme résultat un énième recul de l’Onu dans une affaire où la condamnation du Rwanda parait inévitable. C’est du reste ce que recherche le régime de Kigali, qui n’a pas hésité à brandir l’épouvantail du génocide de 1994 pour jeter le trouble dans les esprits des « Grands » de la planète.
Lorsqu’il s’était agit du Rapport Mapping du panel d’experts des Nations Unies qui avaient investigué sur les violations graves des droits de l’homme en RDC par des militaires rwandais et des combattants des groupes armés à sa solde, Kigali avait pu obtenir facilement un sursis en menaçant de retirer ses troupes du Darfour, où les Casques Bleus avaient du mal à imposer la paix.
Avec des réactions molles que l’on enregistre de la part de la diplomatie congolaise face aux dénégations rwandaises, l’on peut craindre que le nouveau rapport d’experts onusiens sur le soutien du rwandais aux mutins du CNDP/ M.23 ne connaisse le même sort que le Rapport Mapping, à savoir un classement sans suite.
 
Espionnage et contre-espionnage : le défi rwandais
 
En attendant que l’Onu donne son verdict dans l’affaire de la participation du Rwanda à l’armement du CNDP/M.23, le financement de ses activités militaires, le recrutement et l’entraînement de ses troupes, les services d’espionnage et de contre-espionnage congolais devraient s’activer davantage en vue de débusquer tous les complices internes qui font le jeu de Kigali. Des cas tels que ceux d’acteurs politiques et combattants de l’Opposition souvent traqués pour des faits mineurs, sans rapport probant avec la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat, nous démontrent chaque jour combien les limiers des services spéciaux se déploient pour les rechercher, les arrêter et les mettre à l’ombre.
De gros moyens matériels, financiers et humains sont mobilisés pour faire taire des opposants ou leurs militants ou les impliquer dans des affaires de mœurs, de vol, de subversion, parfois sans tête ni queue. En ces temps où il y a péril en la demeure, nos services d’espionnage et de contre-espionnage devraient se mobiliser sans compter pour mettre hors d’état de nuire les ennemis internes qui travaillent sans cesse à l’affaiblissement du pays, afin de le maintenir dans la situation du colosse aux pieds d’argile.
C’est le moment ou jamais de passer au peigne fin les dossiers de tous les éléments douteux intégrés dans l’armée et la police nationales sous les dangereuses formules de « brassage » et « mixage ». On doit savoir, le plus tôt possible, qui travaille pour le Congo et qui travaille contre à l’intérieur de ses frontières. C’est maintenant ou jamais qu’il faut décréter une mobilisons générale des Congolais contre les parrains du CNDP/M.23, pour sauver le Congo.
 
Kimp

Leave a Reply