SOS : les «mpiodi» se font rares sur les marchés de Kinshasa

Les consommateurs kinois, principalement ceux qui raffolent des chinchards, sont de plus en plus inquiets de la rareté de ces produits alimentaires dans différents marchés de Kinshasa. Au grand marché  par exemple, il est difficile de  trouver les poissons chinchards 18 et 25 «pouces». Raison pour laquelle les prix sont fixés selon l’humeur de chaque vendeur. Dans certains marchés, 1 kg des poissons 18+ varie entre 3.000 FC, 2.500 FC et 3.100 FC.
Approchés, plusieurs commerçants ont laissé entendre que cela est dû à la fermeture de l’entreprise Orgaman. Pourtant, c’est elle qui fournissait la majeure partie de ces produits alimentaires aux grossistes tout comme aux détaillants.
Suite à la rareté de ces vivres frais, explique une vendeuse, plusieurs fournisseurs dans certaines chambres froides, ne livrent plus ces produits qu’à ceux qui achètent des cartons, afin de les liquider rapidement. Ce qui met en difficulté les détaillants, qui se tournent ainsi vers d’autres vivres frais.
Les quelques importateurs rencontrés ont laissé entendre de leur coté que, depuis le départ d’Orgaman, les poissons frais sont devenus rares sur les marchés : « Nous sommes obligés de revoir les prix de vente à la hausse, car ceux qui nous fournissent aussi ont décidé d’augmenter le prix à leur niveau», a fait savoir un importateur qui a requis l’anonymat.
Face à cette situation, bon nombre des commerçants ont sollicité l’intervention rapide des  autorités compétentes, étant donné qu’il s’agit d’un produit très consommé à cause de son prix bas et à la portée des gagne-petit. « Le gouvernement doit résoudre cette situation au plus vite, surtout que nous nous approchons des festivités de fin d’année. C’est pendant cette période que la demande devient fort élevée… », a fait constater un commerçant.
Perside Diawaku

Leave a Reply