Sommet USA/AFRIQUE : Washington promet une lutte intense contre le terrorisme international

usa-info-afrique.com_Certes, les volets économique et politique ont brillé des mille feux tout au long de ces trois journées d’échanges entre les officiels américains et les chefs d’Etat et de Gouvernement africains invités au sommet de Washington. Cependant, il a été démontré que sans sécurité, aucune avancée tant économique que politique n’est envisageable sur le continent africain. Raison pour laquelle, le président Barack OBAMA et les autres autorités américaines ont tenu à clôturer ce sommet par des échanges approfondis de cette question relative à la sécurité des personnes et leurs biens. Côté américain, il s’agit d’une matière qui tient en haleine tous les services de sécurité depuis l’expérience tragique du 11 septembre 2001 qui n’a toujours pas été évacuée des mémoires du commun des mortels au pays de l’Oncle Sam.

Dès lors que le terrorisme international a fait son apparition sur le continent africain, Washington craint son effet de boomerang pouvant constituer dans un bref délai une menace certaine pour les intérêts économiques occidentaux en Afrique et d’autre part transformer le continent africain en une base de repli et de recrutement pour des opérations à effectuer sur le continent américain.

 

Prévenir toute menace terroriste

Le gouvernement américain a promis une assistance conséquente aux Etats africains pour les aider à s’organiser dans les programmes de la lutte contre tous les mouvements terroristes qui s’activent depuis une décennie sur le continent africain. Cette assistance sera consacrée à la formation et au recyclage des éléments des services de sécurité de la police et de l’armée. En plus des spécialistes américains qui seront mis à la disposition des Etats africains pour encadrer les différents services de sécurité, des échanges d’informations s’effectueront régulièrement entre les deux parties. Bien entendu, Washington va fournir des infrastructures technologiques de pointe pour les opérations de surveillance des espaces aériens, terrestres, maritimes, lacustres et fluviaux pour détecter tous les mouvements suspects en vue de parer au plus pressé pour prévenir toute opération terroriste. L’objectif majeur étant de réduire au maximum n’importe quel danger mortel ou néfaste en étouffant le complot dans l’œuf, s’est exclamé un spécialiste approché par le Phare.

Washington qui a déjà expérimenté les affres du terrorisme international avec au top le coup réussi par Al Quaïda le 11 septembre 2001 à New York, tient à tout prix à éloigner ce spectre tragique le plus loin possible de ses frontières. Or, tout en intensifiant la lutte contre ce fléau du siècle au Moyen et Extrême Orient, l’Oncle Sam profite de ce sommet historique pour intéresser les Etats africains à cette stratégie. On rappelle à ce sujet que le président français M. François HOLLANDE a été le premier chef d’Etat occidental à comprendre le danger des bases de ce terrorisme islamiste qui commençait à se déplacer vers les pays situés au Sud du Sahara. D’où l’intervention énergique des contingents armés français au Mali pour étouffer le danger des Djihadistes provenant du Maghreb avant de poursuivre la même stratégie jusqu’en Centrafrique. C’est aussi la raison pour laquelle que les Américains craignent et surveillent donc les opérations lancées régulièrement par les terroristes Shebab somaliens au Kenya et dans leur propre pays. Washington est en contact permanent avec certaines capitales des Etats de l’Afrique de l’Est pour étudier les voies et moyens de détruire ce mouvement terroriste des Shebab somalien. Un accent particulier est donc mis sur les différents programmes de lutte contre ce fléau du siècle qui menace sérieusement le continent africain.

Qu’on le veuille ou non, Barack OBAMA restera à jamais le tout premier président américain à organiser un sommet USA/ AFRIQUE pour offrir aux gouvernements de ce continent des facilités d’investissements et des stratégies de lutte contre le nouveau fléau du Monde qu’est le terrorisme international. Il a compris le lien de causalité entre le développement, la démocratie et la sécurité des personnes et leurs biens.

F.M.        

Leave a Reply