Snel : réduction du coût et du délai de raccordement : 58 à 18 jours

snel 2Un atelier de communication a réuni les responsables des entreprises congolaises, membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) et la Haute hiérarchie de la Société Nationale d’Electricité (S.N.EL), entourée des principaux directeurs de ses entités administratives. Cette rencontre s’est déroulée hier, 10 avril 2014, dans une des salles de réunion du siège de la FEC, dans la commune de la Gombe. La Direction générale de cette entreprise d’Etat, a organisé un atelier sous le thème : « Atelier de communication relatif à la simplification des procédures de raccordement de cabines privées MT/BT au Réseau électrique de SNEL ». Elle vise à répondre aux exigences décrétées par le Gouvernement de la République en rapport avec l’amélioration du Climat des affaires et des investissements,  et ce par rapport à l’indicateur « Accès au raccordement électrique. C’est ainsi qu’elle a mis à profit cette occasion pour vulgariser l’une des réformes majeures qu’elle vient d’opérer à savoir la simplification des procédures de raccordement des cabines moyenne et basse tensions privées. Un tel atelier ne pouvait concerner en priorité que les responsables de la FEC, qui sont parmi ses partenaires privilégiés.

            Prenant la parole à cette occasion, Crispin Atama Tabe, ministre des Hydrocarbures – remplaçant son collègue des Ressources hydrauliques et Electricité empêché – a rappelé les griefs que les abonnés formulent souvent à l’encontre de la SNEL,  à savoir : longs délais dus au nombre et à  la durée des procédures ; difficultés d’accès à l’information et coût élevé de raccordement eu égard au niveau faible du revenu par tête d’habitant. Pour le ministre, ces griefs sont conséquents d’un état d’esprit s’inspirant, certes, du climat des affaires non homogène qui caractérisait le monde de l’époque, où des enjeux étatiques autrement plus dominants l’emportaient sur l’agencement judicieux des actions susceptibles de promouvoir des facilités aux opérateurs économiques. Mais aujourd’hui, a-t-il soutenu, grâce à la politique de la « Révolution de la modernité », la SNEL s’est résolue pour sa part à procéder aux allègements qui devront contribuer à la promotion des investissements dans le secteur de son activité. Le ministre a situé ces allègements dans trois domaines précis : la réduction du délai de raccordement ; la simplification des procédures administratives et la  facilité de l’accès à l’information.

Une réforme visant la promotion des entreprises

Mme Célestine Hortense Mukalay Kionde, Directeur général adjoint de la SNEL, a remercié tous les participants de leur présence, avant de présenter en termes comparatif, l’amélioration de la situation, avant 2012 et ce qu’elle doit être en 2014. Concernant le nombre des procédures, de 6 avant 2012, elles seront ramenées à 4 en 2014. Par contre, la durée (ou délai) du processus évalué à 58 jours avant 2012, sera ramenée à 18 jours. Enfin, le coût de raccordement évalué à 28.000 $ avant 2012, sera de 23.000 $ cette année. Toutefois, elle a expliqué que les dernières projections faites voudraient ramener ce montant à environs 16.000 $. Cette dernière réduction est due au fait que la SNEL a décidé que le paiement de la caution ne soit plus une condition préalable à la mise en service d’une nouvelle cabine MT/BT privée. Elle va être payée de manière échelonnée sur trois mois après que la cabine aura été mis en service.

De ces exposés, les membres de la FEC ont soulevé plusieurs de leurs préoccupations visant cette réforme. Célestine H. Mukalay leur a apporté des explications pour une meilleure compréhension.

SAKAZ 

Leave a Reply