Situation sécuritaire à l’Est du pays : déserteurs Mai-Mai Yakutumba sous les tirs des Fardc

estC’est ce qui ressort du point de presse hebdomadaire de la Monusco, tenue hier 9 avril 2014 à Kinshasa, sur la situation militaire à l’Est du pays.  En effet, selon la Monusco, les éléments des Forces armées de la République démocratique   ont plutôt ouvert le feu sur un groupe d’hommes appartenant  aux Mai-Mai Yakutumba  au Sud-Kivu qui  tentaient de fuir le centre d’hébergement où ils sont casernés en attendant la suite du programme de démobilisation.  Et en dépit de cet incident dont  certains ont redouté son impact négatif sur le processus actuel de désarmement volontaire et redition, le Porte-parole militaire de la Monusco  a rassuré l’opinion, affirmant que ce  qui a eu lieu dernièrement  dans cette partie du pays n’influençait en rien la dynamique actuelle d’intégration et de la redition volontaire de éléments de ce groupe rebelle qui ont exprimé le vœu de rejoindre  le processus de paix.  Ainsi, le processus continue son chemin normalement. Pour preuve, les opérations de sensibilisation continuent normalement afin de convaincre ses compatriotes à opter pour la paix plutôt  que de rester en forêt pour faire la guerre.

            Toujours dans le même chapitre, le porte-parole de la Monusco, le colonel Philippe a par contre indiqué que la situation restait très volatile au Nord-Kivu du fait de la poursuite des opérations militaires conjointes « sukola 1 » et « Sukola 2 » que mènent les Fardc appuyées par les forces  onusiennes  dans le territoire de Beni et de Masisi contre les rebelles de l’Alliance des Forces démocratiques (ADF/ Nalu) et les miliciens de l’Alliance de patriotes pour un Congo libre et souverain, Apcls.

C’est dans ce climat explosif  que la Monusco a déploré l’attaque, le 3 avril dernier  au nord de la ville de Beni, où deux individus roulant à moto ont jeté une   grenade  vers une patrouille  conjointe  des éléments de Fardc et ceux de  la Police nationale, faisant   six blessés parmi lesquels trois soldats Fardc, deux éléments de la Pnc et un motocycliste. La Monusco a aussi annoncé l’attaque le 6 avril  des positions des Fardc situées au Mont- Sinaï par les éléments de l’Apcls à l’arme lourde et à la roquette, ce qui a provoqué une contre-offensive  musclée des Fardc qui ont repoussé ces forces négatives  vers le Maniema  en reprenant le contrôle total de ses positions convoitées.

            Quant au  général Abdallah Wafi, patron des opérations de la police de la Monusco  qui intervenait dans la ville de Goma au Nord-Kivu,  il a fait savoir que la Monusco dans le cadre de la restructuration de sa mission  en Rd Congo,  était engagé aux côtés  des autorités politiques et administratives congolaises,  soit pour renforcer l’autorité de l’Etat où elle existait déjà, soit pour la restaurer où elle n’existait  pas afin que les populations dans les zones récemment  libérées puissent tirer toutes les dividendes de la paix retrouvée pour mieux s’engager dans le développement de leurs contrées.  Car, a-t-il signifié, les opérations militaires seules ne suffisent pas, il faut à côté de ses opérations armées développer d’autres types de  stratégies avant, pendant et après ces opérations à travers plusieurs projets sociaux tels que la réinsertion sociale, réhabilitation des routes de desserte agricole et tous les autres projet de  nature à permettre aux gens de se réaliser.

            S’agissant de l’impact de la situation militaire qui prévaut à Bangui  dans les pays voisins, Abou Moussa,  représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu effectue depuis hier, mercredi 9 avril et jeudi 10 avril  une mission en République du Congo et du 11 au 15 avril en RDC.  Cette mission a pour raison de s’enquérir auprès des gouvernements concernés de la situation    de milliers de  réfugiés centrafricains et des migrants qui ont trouvé refuge dans ces pays et ceux de la sous-région.

La fiabilisation du fichier électoral se poursuit

            En prévision de prochaines élections qui seront organisées  en 2016, on a aussi appris à travers une note d’information que les opérations de fiabilisation du fichier électoral et de sa stabilisation de  se poursuivaient normalement dans les vingt antennes de  la Ceni.  Notamment,  dans la province du Bandundu  et dans la localité de Befale dans la province de l’Equateur. Dans la province du Bandundu, ces opérations ses poursuivent à PopoKabaka, Bandundu Ville, kikwit Ville, Bolobo, Kutu, Kwamouth, Yumbi, Feshi.  Par contre dans les autres provinces, l’opération de fiabilisation du fichier électoral et de la stabilisation des cartographies opérationnelles ont été effectuées  entre le  29 mars et le 7 avril  2014 et en attendant de collecter toutes les données sur toutes les antennes du pays, 4193 préposés, 531 formateurs et 180 informaticiens ont été identifiés à travers les dix provinces, renseigne ce document.

                                                                         Philippe Vumpi, Joëlle Kombe (Stg/Upn)

et  VAN

Leave a Reply