Sit-in à la Monusco : langage des sourds entre Kimbuta et l’Opposition

Kimbuta1 Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, vient de réserver, dans sa lettre du 27 octobre 2014, une fin de non-recevoir à la requête lui adressée le 21 octobre 2014 par les Forces Politiques de l’Opposition. Cette demande porte sur l’organisation d’un sit-in le lundi 3 novembre 2014 sur l’avenue des Aviateurs, dans la commune de la Gombe, en vue d’obtenir du Représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU la convocation d’un dialogue politique prévu dans l’Accord-cadre d’Addis – Abeba.
En réaction à ce refus de l’autorité urbaine d’accéder à leur demande, les acteurs des Forces Politiques et sociales  de l’Opposition ont résolu de braver l’interdit.
Dans leur déclaration lue par le Secrétaire Général de l’UDPS, Bruno Mavungu, hier jeudi 30 octobre 2014 dans la salle des fêtes « Gloire Divine », dans la commune de la Gombe, ils persistent et signent : leur sit-in aura bel et bien lieu le lundi 3 novembre 2014. A ce sujet, ils ont invité les Kinoises et Kinois à y participer massivement.
«Que Monsieur Kimbuta veuille ne pas nous emmener à l’ignorer ou à recourir aux dispositions de l’article 64 de la Constitution, car nous avons besoin de la paix », a martelé Bruno Mavungu.
Le Secrétaire Général de l’UDPS a martelé que « les Forces Politiques et Sociales de l’Opposition ne se laisseront jamais intimider par le comportement du pouvoir au risque de voir une autre dictature s’enraciner et se radicaliser en Rd-Congo ».
Tout en félicitant le  peuple du Burkina-Faso pour sa prise de conscience, Bruno Mavungu a estimé que les événements qui se déroulent au pays de Thomas Sankara devraient davantage les motiver dans leur combat.
On rappelle que dans son courrier du 27 octobre 2014,  le gouverneur de Kinshasa demande aux Forces Politiques de l’Opposition de se conformer aux dispositions des articles 2, alinéa 1er et 16, de la loi du 17 mai 2014 portant organisation et fonctionnement des partis et regroupements politiques.
Kimbuta leur a signifié que sans ce préalable, il ne saura ni examiner, ni prendre acte d’une manifestation projetée par les Forces Politiques et Sociales de l’Opposition.
Dans leur réplique, les acteurs de l’Opposition relèvent que dans un passé récent, à l’occasion de leur meeting du 4 août 2014 à la Place Sainte Thérèse de N’Djili, et de leur marche du 13 et 27 septembre 2014, le gouverneur de la ville avait traité avec les mêmes Forces Sociales de l’opposition.
Ils s’étonnent que Kimbuta se réfère aux dispositions de la même loi pour ne pas examiner ou prendre acte du sit-in du lundi 3 novembre 2014.
ERIC WEMBA

Leave a Reply