Scandale minier en RDC : 4,6 milliards USD perdus chaque mois selon le député Okundji

La prédation reste la cause principale qui explique le paradoxe d’un pays scandaleusement riche habité par une population extrêmement pauvre.
Après plusieurs rapports des experts nationaux et internationaux sur les pillages des minerais de la RDC par la finance internationale, en complicité avec une élite politique congolaise corrompue,  le député Emery Okundji  a révélé dans son intervention à la plénière consacrée à l’examen du projet de loi des finances un manque  à gagner dépassant les  4,6 milliards de dollars  au trésor public suite à une série des ventes durant les 18 derniers mois d’un total de 6 actifs miniers au bénéfices des entreprises écrans basées dans les ILES Vierges britanniques.
Il a souligné que ces chiffres correspondent à près de la moitié du budget présenté par le Premier ministre.
Okundji a rappelé  la sommation lancée au gouvernement par le FMI  de clarifier ses positions sur ce dossier. 
Cet élu de Lubefu a démontré que le budget  aurait été de loin supérieur à 8 milliards de dollars si le principe de la bonne gouvernance qui implique l’éthique et la transparence avait été pris en compte par le gouvernement.
Le précité a déploré le fait que l’argent des minerais qui devait améliorer  les conditions sociales de la population par l’augmentation des salaires des fonctionnaires, enseignants, militaires, policiers  favorisent l’enrichissement sans cause  d’une minorité de Congolais dans la cour du pouvoir en place en RDC.
 
Okundji a fait remarquer que la RDC, dans cette logique, est loin d’être ce  modèle de la bonne gouvernance qui mobilise et canalise les ressources du pays vers les caisses de l’Etat.
Il a trouvé que le gouvernement qui déplore d’un côté l’amenuisement sensible du  potentiel fiscal causé par l’arrêt des activités de certaines grandes entreprises  minières   comme  FIRST QUANTUM soit dépossédé par lui-même du jour au lendemain de ses droits d’exploitation au profit d’intérêts privés les Iles Vierges.
Okundji a conclu son propos en martelant que les transactions opaques couvertes par des complicités bien connues font perdre au trésor public en souffrance de budget, des milliards de dollars  au profit d’entités particulières domiciliées au-delà des mers.  
  
      ERIC WEMBA  

Leave a Reply