Scandale à l’ex-Sanatorium : mécontente de deux jumeaux albinos, elle s’échappe de la maternité

            Une jeune femme de 23 ans, nommée Cinthia, a donné naissance à deux jumeaux le samedi 10 mai 2014 à la maternité de l’Hôpital Général de Référence de Selembao (ex-Sanatorium de Makala). Dès que l’une des aides-accoucheuses lui a fait savoir que les deux bébés, de sexe masculin, étaient des albinos, elle a aussitôt fondu en larmes comme si on venait de lui annoncer une mauvaise nouvelle.

            Interrogée sur la raison de sa tristesse par les infirmières et les autres mamans qui venaient d’accoucher, elle a déclaré qu’elle n’arrivait pas à s’expliquer un tel phénomène car elle-même et son mari étaient de teint sombre. Elle craignait que les deux enfants soient rejetés par tous les membres de leurs deux clans.

            Durant toute la journée de samedi, Cinthia paraissait très agitée. Compte tenu de son état, une stagiaire du nom de Mado Matonda, élève dans une école médicale de la Croix-Rouge, a décidé d’exercer, à distance, une étroite surveillance sur elle. Comme la jeune maman ne se doutait de rien, elle a prétexté aller chercher quelque chose dans un pavillon voisin pour obtenir l’autorisation de sortir momentanément de la maternité.

            Mais, dès qu’elle s’est retrouvée dans la cour de l’hôpital, elle a pris furtivement le chemin de la porte principale de sortie, sans savoir que Mado était sur ses talons. C’est lorsqu’elle s’est présentée à l’arrêt situé sur l’avenue Ngeba, que sa « surveillante » occasionnelle a donné l’alerte.

            Maîtrisée puis ramenée à l’Hôpital Général de Référence de Selembao, elle a été confiée à un OPJ du sous-Commissariat de police de cette formation médicale. Verbalisée, elle a avoué avoir été traumatisée par la naissance de ses deux jumeaux albinos, qu’elle considère comme une malédiction pour son foyer. Il a fallu beaucoup de conseils de la part du corps médical pour l’amener à reconnaître que les deux enfants qu’elle venait d’avoir étaient des êtres normaux.

            La police voulait bien la garder en détention avant son transfert vers un parquet de la place mais il s’est posé le problème de l’allaitement des deux bébés. Pour des raisons humanitaires, Cinthia a été autorisée à reprendre sa place aux côtés de ses deux jumeaux. Mais, elle est placée sous haute surveillance. L’on croit savoir qu’elle est victime des clichés négatifs qui circulent dans la société congolaise au sujet des albinos, alors que les réalités quotidiennes démontrent qu’ils sont présents dans tous les secteurs de la vie nationale.

Naomie Mayinga Biyela (Stg/ UPN)

Leave a Reply