Revue sectorielle du DSCRP : l’EPSP face à ses faiblesses

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba, a clôturé les travaux d’une journée de la 1ère Revue du DSCRP  dans le secteur de l’Education. C’était le 04 mars 2010 dans la salle de conférence « Père Boka », du « Cepas », dans la commune de la Gombe. En examinant les recommandations émises par les participants, le ministre de l’Epsp et la représentante de la Coopération britannique DFID, ont noté que ces assises ont permis d’établir un tableau de performance et des difficultés du secteur de l’Education en Rd Congo. Dans son discours de clôture le ministre a promis, au nom de tous les ministères impliqués dans le secteur de l’Education, la mise en œuvre des résolutions et recommandations issues de cette première « Revue du DSCRP du secteur de l’Education en Rd Congo ».

Il a constaté que l’appel qu’il avait lancé aux participants, au début des travaux dans la matinée, a été entendu. En effet, les participants ont pu rendre compte de quelques avancées enregistrés et de défis à relever. C’est pourquoi, à juste titre, ils se sont préoccupés, entre autres, des problèmes liés à l’accès, à la qualité et à la gouvernance du système éducatif. Ils ont reconnu la nécessité que des solutions appropriées soient apportées à certaines pratiques qui entachent la visibilité du système. Maker Mwangu a particulièrement remercié les experts techniques et partenaires financiers qui se sont consacrés à l’examen du sous secteur de l’EPSP. Enfin, le diagnostic étant établi, il croit que chacun répondra de ses responsabilités car le Président de la République accorde une importance capitale à ce secteur, moteur de tout développement et un des cinq chantiers de la République.

Faire passer le budget de l’Epsp de 6% à 15% dont 65% pour le Primaire

Les recommandations dont parlait le ministre de l’Epsp figurent dans le rapport final des travaux. Elles sont classées en trois groupes : sous secteurs de l’Epsp ; de l’Enseignement non formel et de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU). Concernant le sous secteur de l’Epsp, les experts recommandent au gouvernement d’appliquer la gratuité de l’enseignement sur l’ensemble du territoire national et d’améliorer les conditions salariales des enseignants ; d’accroître la part du budget allouée à l’Epsp, en le faisant passer de 6% à 15% dont 65% pour l’enseignement primaire ; de mettre en place, en concertation avec les partenaires techniques et financiers, des procédures à la fois souples  et efficaces pour faciliter les décaissements des fonds disponibles et de veiller à l’exécution effective du budget alloué au secteur de l’éducation. Enfin, que le gouvernement valorise l’enseignement technique et professionnel en réhabilitant les infrastructures et en fournissant les équipement ; en rénovant les programmes d’étude et  en renforçant la formation des enseignants.

Dans le sous secteur de l’Enseignement non formel, les experts recommandent au gouvernement et à ses partenaires pour le développement de travailler en  sorte que les procédures de décaissement de fonds soient allégées ; de mettre en place une structure de coordination des acteurs intervenant dans le sous secteur de l’Alphabétisation et de l’Education non formelle. Ils ont aussi demandé que le gouvernement renforce les capacités humaines, matérielles et financières en faveur de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle. Abordant le volet du sous secteur de l’ESU, les participants demandent au gouvernement et ses partenaires pour le développement d’appuyer financièrement ce sous secteur à poursuivre l’audit institutionnel et de viabilité des établissements et qu’ils aident ce sous secteur dans l’effort de réhabilitation des équipements des laboratoires et d’ateliers en vue du développement de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Enfin, la représentante de la Coopération britannique (DFID) s’est réjouie de ces résultats et a noté l’esprit de collégialité et de détermination des participants qui faciliteraient la bonne tenue des prochaines réunions sur ce sujet.

SAKAZ

Leave a Reply