Révision du Fichier électoral : U.D.P.S. – CENI, plus de peur que de mal !

Une délégation de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (U.D.P.S.), conduite par son secrétaire général, Me Jacquemain Shabani Lukoo à laquelle se sont joints les ténors de la Dynamique Tshisekedi Président (D.T.P.), a été reçue par les membres du Bureau de la Commission électorale nationale indépendante (C.E.N.I.). Ils avaient à leur tête Daniel Ngoy Mulunda, leur président. Cette rencontre s’est déroulée le lundi 11 juillet 2011, dans le bâtiment de la CENI, situé sur le Boulevard du 30 Juin, dans la commune de la Gombe. Abordé à la sortie de cette audience, le Secrétaire général de l’Udps a reconnu que jusque là, son parti n’a pas encore reçu une réponse concrète concernant les revendications contenues dans le mémo déposé par son parti auprès de la Ceni. Il a pluôt déploré la langue de bois qui a dominé cette rencontre. Ces revendications, pour rappel, portent sur les anomalies relevées dans la révision du Fichier électoral. Me Jacquemain Shabani et sa délégation précisent toutefois avoir reçu un document contenant un ensemble d’éléments de réponse, censées répondre aux préoccupations soulevées par l’Udps dans son mémo. Ils ont promis d’aller l’étudier pour savoir si les propositions de la Ceni rencontraient leurs préoccupations. 

Programmée par le Secrétaire général de l’Udps à l’issue du sit-in du 04 juillet 2011, la rencontre d’hier – deuxième sit-in pour les combattants de l’Udps – devait avoir lieu au cas où ce parti n’aurait pas obtenu satisfaction à ses désidératas dans les sept jours qui suivraient le premier sit-in devant la Ceni. L’absence de réponse et de contact entre les deux parties a donc ramené les militants de l’Udps sur le Boulevard du 30 Juin. En prévision de cette arrivée, le périmètre du bâtiment de la Ceni a été envahi par les forces de la Police, tôt dans la matinée, et tout rassemblement suspect interdit. Les policiers étaient sans armes et ont, pour cette fois-ci, dès l’arrivée de la délégation encadré pacifiquement les combattants de l’UDPS, du début jusqu’à la dispersion de leur manifestation. C’est vers 11 heures que la délégation de l’Udps s’est signalée sur le lieu, accompagnée de ses militants, arborant des drapeaux de leur parti. On y voyait facilement Jacquemain Shabani à côté d’Albert Moleka – directeur de cabinet de Tshisekedi – en compagnie des ténors de la Dynamique Tshisekedi Président (D.T.P).

Dialogue entre la CENI et l’UDPS
Le président du Bureau de la Ceni a remis entre les mains de ses hôtes un document intitulé : « Eléments de réponse au mémorandum de l’Udps ». Pour lui et son institution, ce document est la réponse appropriée aux griefs que ce parti formule contre eux. Il leur a demandé d’aller l’étudier et s’est montré rassurant sur le souci de tout son personnel de réussir des élections véritablement transparentes, libres, démocratiques et équitables. Il souhaité que ses hôtes, lorsqu’ils ont une question à traiter avec la Ceni, viennent eux-mêmes directement le trouver, plutôt que de privilégier des manifestations des jeunes sur la rue avant  de le rencontrer. En outre, il s’est également plaint auprès de ses interlocuteurs du fait qu’il a l’impression que les portes de l’Udps lui sont fermées depuis le voyage du Président national de l’Udps, Etienne Tshisekedi. Il a promis à ce sujet de lui rendre visite dès son retour.

De son côté, Me Jacquemain Shabani a dit le souci de son parti de voir cesser les anomalies dénoncées dans son mémo et d’obtenir la libération sans conditions de ses militants arrêtés à cause d’un sit-in de revendication, qui est et reste un moyen légal d’exercice de leurs droits légitimes. La non relaxation des militants de l’Udps n’est rien d’autre, pour lui, qu’un moyen de faire monter la tension politique. Face à cette question, Daniel Ngoy Mulunda a dit que son rôle se limite à l’organisation des élections à venir et qu’il n’avait aucun pouvoir pour gérer la Police ou la justice ; c’est un domaine réservé au Gouvernement  et à l’Hôtel de ville auprès de qui, l’Udps devrait s’adresser.

Après une heure d’entretien, la délégation de l’opposition est redescendue pour faire une brève marche sur le Boulevard du 30 Juin, jusqu’à la Place de la Poste. De là, les combattants se sont dispersés après que le secrétaire général de l’Udps ait promis la poursuite de la lutte pour des élections réellement libres, transparentes et démocratiques ; un examen attentif du  document qu’on venait de leur remettre et de suivre les cas des combattants arrêtés par la Police.

SAKAZ

Leave a Reply