Révision du fichier électoral : c’est mal parti à Kinshasa !

Kits vétustes, amateurisme des opérateurs de saisie…
Daniel Ngoy Mulunda, président de la Commission électorale nationale (Ceni) a procédé samedi 7 mai 2011, au lancement de opérations de la révision du fichier électoral dans la ville de Kinshasa. Cette cérémonie s’est déroulée à l’Athénée de la Gombe, en présence d’André Kimbuta, gouverneur de la ville de Kinshasa, qui a été premier kinois à se faire délivrer la nouvelle carte d’électeur.

Pour la circonstance, André Kimbuta a exhorté  tous ses administrés à  se faire enrôler massivement au cours de  cette opération qui va durer deux mois sur les 540 sites prévus par la Ceni  et disséminés à travers  les vingt quatre communes   afin d’être capable d’opérer leur choix le moment venu. Car, a-t-il mis en garde, la politique de la chaise vide ne paie pas.

Le président de la Ceni a quant à lui déplorer l’absence de témoins des partis politiques dans les trois premiers  centres opérationnels à cette occasion, alors qu’ils auraient dû être présents pour vérifier la conformité de cette opération.
Cependant, toute proportion gardée, la révision du fichier électoral à Kinshasa et dans les six autres provinces ressemble à un baroud d’honneur et une mission impossible pour la Ceni, à cause de nombreux problèmes d’ordre technique et humain. Sur le plan technique, c’est le problème de la vétusté de kits   qui se pose avec acuité : 1400 seulement pour la ville de kinshasa. Et si à Kinshasa, siège de institutions,  la Ceni est déjà confrontée à pareilles difficultés, qu’en est-il dans les autres provinces ?

Rien que pour la demi-journée de  ce samedi sur le site de l’Athénée de la Gombe, seuls huit cartes ont été délivrées alors que plusieurs candidats attendaient. Sur le plan humain, le recrutement hasardeux des opérateurs de saisie et  le manque de professionnalisme est sérieux frein au bon déroulement de l’opération.
Signalons enfin que la révision du fichier électoral à Kinshasa va se faire de manière progressive. Samedi, elle n’a touché que dix-sept  communes sur les vingt quatre que compte la ville de Kinshasa.

                                                                                                                                    A.Vungbo   

 

Leave a Reply