Révision de la Constitution : l’UNC dénonce les manœuvres du pouvoir

unc-logo-kamerheLa Direction politique de l’Union pour la Nation Congolaise s’est réunie le mardi  10 juin 2014, à son siège, sous la présidence  de l’honorable KAMERHE, Président National, pour examiner les problèmes politiques de l’heure, à savoir :

1.       Le calendrier électoral de la CENI déposé en date du 7 juin 2014 à l’Assemblée Nationale ;

2.       Les quatre projets des lois adoptés par le gouvernement et portant sur l’organisation des élections  et la  révision de la Constitution ;

3.       Le massacre des citoyens congolais dans la plaine de la RUZIZI du 7 au 8 juin 2014.

DU  CALENDRIER ELECTORAL

Pour l’UNC, le calendrier présenté par l’Abbé Malumalu traduit la volonté manifeste de Monsieur Kabila, dont le mandat arrive à échéance le 19 décembre 2016 à minuit, de se pérenniser au pouvoir par toutes sortes de subterfuge en instrumentalisant la Commission électorale nationale indépendante.

Partiel et non consensuel, ce calendrier qui n’a pas tenu compte des observations des forces sociales du pays, tire sa substance de la déclaration faite par Monsieur Kabila dans son discours du 15 décembre sur l’Etat de la nation devant le congrès.

Pour ce motif,  l’UNC réitère son rejet catégorique dudit calendrier et se joint à toutes les forces politiques et sociales du pays déterminées à faire échec aux manoeuvres dilatoires de Kabila et de sa famille politique.

 

DES PROJETS DES LOIS

La Direction politique nationale de l’UNC note avec indignation que le gouvernement de Monsieur Kabila s’entête dans ses projets maléfiques et s’apprête à saisir le parlement pour faire examiner les quatre projets des lois ci-après.

a.       Le projet de lois portant organisation des élections urbaines, municipales et locales ;

b.       Le projet de loi portant organisation des élections présidentielles et législatives ;

c.       Le projet de loi portant révision de certains articles de la Constitution.

A ce sujet, la Direction Politique de l’UNC rappelle que la loi électorale n° 11/003 existe et reste pertinente quant à ce.

En conséquence, la Direction Politique considère que les projets de loi susvisés créent une inflation législative inutile dans le but de contourner malicieusement les délais constitutionnels et d’instaurer de fait une monarchie présidentielle en RDC, en s’accaparant par la fraude et par la ruse de tous les organes délibérant du pays. Cette démarche délibérée constitue une menace à peine voilée contre la démocratie, la République et la nation, elle est une manœuvre dilatoire de la part de Monsieur Kabila et sa famille politique visant à caporaliser la CENI à des fins partisanes. Par conséquent, elle en appelle de la part de tous les patriotes et toutes les forces vives de la nation, une mobilisation générale et une vigilance tous azimuts pour faire échec à ce coup d’Etat constitutionnel en gestation, en recourant à l’article 64 de la Constitution pour sauver la nation en péril.

Quant aux arguments  fallacieux de Monsieur Kabila et de sa famille politique tenant à la simplification du processus électoral et son adaptation aux moyens disponibles, la Direction politique nationale de l’UNC rejette catégoriquement ce prétexte venant de la part d’un régime compromis par sa gestion sur fond de scandales financiers à répétition et dont le leadership a fait de la corruption, une pratique politique.

DU MASSACRE DES  CONGOLAIS DANS LA PLAINE DE LA RUZIZI

La recrudescence des tragédies et des massacres des Congolais consacre l’incapacité notoire du régime de Kabila à assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

A ce sujet, l’UNC compatit et présente ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées et exige une véritable enquête pour que les auteurs de cet acte criminel, soient traduits devant la justice.

En définitive, la Direction politique nationale de l’UNC en appelle au peuple congolais, souverain primaire, pour qu’il se lève comme un seul homme pour protéger la démocratie dont les fondements sont menacés par l’égoïsme des tenants du pouvoir qui tiennent à tout prix à s’imposer par la force. Il est venu le temps de faire l’union sacrée de toutes les forces politiques et sociales du pays pour barrer la route à un groupe d’individus dont le complot contre la nation est désormais connu.

 

Pour la Direction politique nationale

Honorable Jean Bertrand Ewanga Isewanga Iwoka 

Leave a Reply