Réunion du Bureau de l’APF : Minaku tire sur le M23 et ses sponsors

minakuPrenant la parole à l’Assemblée parlementaire de la francophonie qui s’est tenue du 5 au 7 février 2014 à Rabat, au Maroc, le président de la chambre basse du parlement, Aubin Minaku a tiré à boulets rouges sur le mouvement rebelle M23 et ses sponsors.

Se référant au dernier rapport des experts de l’ONU, le président de l’Assemblée nationale n’a pas usé de la langue du bois pour dénoncer les manouvres dilatoires des certains pays voisins de la RDC, qui cherchent par leur soutien, à ressusciter le M23, défait par la puissance de feu de l’armée  congolaise, grâce au concours de la MONUSCO.

Il a du haut de la tribune de l’Assemblée parlementaire francophone saisi l’opportunité pour fustiger le fait que ces pays voisins apportent soutien et renfort aux résidus du M23,  pour réaliser le funeste projet de déstabilisation permanente de la RDC et de l’ensemble de la Région.

        Concernant l’évolution de la situation sécuritaire  de la RDC, Minaku a fait état de la traque par les FARDC, appuyées par la brigade d’intervention de l’ONU, des forces négatives qui déstabilisent l’Est de la RDC après la mise en déroute de la rébellion du M23.

Honorables Présidents, Mesdames et Messieurs,

         Permettez-moi, du Haut de cette tribune, de saisir l’opportunité qui m’est offerte pour brosser succinctement l’état de la situation sécuritaire et politique sur nombre des pays de l’espace  francophone, particulièrement en Afrique et en République Démocratique du Congo.

         S’agissant de la République Démocratique du Congo, mon pays, force est de constater que la situation au plan sécuritaire s’est nettement améliorée, avec la mise en déroute de la rébellion du M23 par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), grâce au concours nettement significatif des Forces de la Monusco. Tout cela en droite ligne de la mise en oeuvre de l’Accord Cadre d’Addis-Abeba et de la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

         Actuellement, les forces régulières, avec l’appui de la Brigade d’intervention de l’ONU, s’emploient à la traque des autres forces négatives qui écument la partie orientale de la RDC. Ces forces négatives sont, par ailleurs, coupables des violations massives des droits de l’homme, notamment viol des femmes, enrôlement d’enfants soldats et crimes de guerre de tout genre, qui pourraient s’apparenter aux crimes de génocide. ll s’agit des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) de la National Army for the Liberation of Uganda (ADF/NALU), des groupes armés congolais comme le Raia Mutomboki, etc

         La RDC déplore et fustige, à la lecture du récent Rapport des Experts de l’ONU, le comportement récidiviste de certains pays voisins, dans leur propension à vouloir apporter soutien et renfort aux résidus du M23, pour la réalisation du funeste projet de déstabilisation permanente, tant de la RDC que de l’ensemble de la région des grands Lacs.

         Rassurez-vous, Honorables présidents, que la RDC, avec l’ensemble de ses partenaires, aspire à la paix dans la région et ne ménagera aucun effort pour rendre irréversible le processus de paix en cours. C’est dans ce cadre qu’il faut saluer la loi d’amnistie votée par les deux chambres du Parlement pour donner réponse à nos engagements nationaux et internationaux

         Au plan politique, le Président de la République a convoqué l’ensemble des forces vives en Concertations nationales, dont le but était de sceller la cohésion nationale, afin de mobiliser la nation tout entière contre les guerres d’agression à répétition et les velléités de balkanisation de mon pays.  Un Gouvernement de cohésion nationale, vecteur de cette union de tous les Congolais, sera bientôt mis en place. Au même moment, la Commission Electorale Nationale lndépendante (CENl) est à pied d’oeuvre pour rendre public la feuille de route du cycle électoral d’ici à l’an 2016, selon les prescrits de la Constitution de notre pays.

Honorables Présidents,

La situation en République Centre Africaine, membre à part entière de notre espace francophone, est plus que préoccupante.

         L’on peut cependant mettre en relief une lueur d’espoir suscitée par la désignation de Madame Catherine SAMBA PANZA au poste de Présidente de la Transition et la mise en place de son Gouvernement, que nous saluons et pour lequel nous formulons tous nos voeux de succès dans la voie vers la paix, la réconciliation des frères et sœurs Centrafricains et la reconstruction de ce pays aux potentialités énormes.

         La Guinée Conakry et le Mali ont pris un bon départ. Nous avons foi dans la sagesse et le génie de ces frères Africains, qui résolument, engageront leurs pays sur le chemin de la paix, de la stabilité institutionnelle et du progrès économique et social.

         A Madagascar, l’élection du Président Rajaonarimampianina donne la preuve que la démocratie se construit en Afrique et surtout dans l’espace francophone, pour le plus grand bien des générations futures.

Je vous remercie

Aubin Minaku

Ndajalandjoko 

One Comment

  1. Seulement des beaux Discours et apres?

Leave a Reply