« Résolution 1325 » : la Société civile engagée dans la campagne intensive

Société CivileDurant 5 jours, les représentants des différentes organisations de la Société civile, des médias, du gouvernement ainsi que de l’armée ont suivi, au Centre Caritas à Gombe, une formation sur la « Vulgarisation de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies sur Femmes, Paix et Sécurité en RD Congo ». Session clôturée solennellement le vendredi 13 septembre 2013 par la Secrétaire générale du ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant, Jacqueline Lofulo, elle avait pour objectif d’accroitre les connaissances des femmes et des hommes tenant des responsabilités sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 portant sur l’égalité des sexes, des droits pour les femmes en politique, sécurité et développement.

A cette occasion, la représentante du ministre a rappelé aux récipiendaires qu’ils ont désormais un atout fondamental à mettre à contribution dans le Comité de pilotage de la Résolution 1325 dans notre pays. Quant au gouvernement, il est conforté dans sa détermination d’accompagner les activistes de ce projet dans la mise en œuvre des recommandations formulées lors des travaux.

Approuvée et adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’Onu le 31 octobre 2000, en tenant compte de l’impact de la guerre sur les femmes et leur contribution et rôle à la résolution des conflits pour une paix durable, cette Résolution, rappelons-le, invite les pays signataires à accroitre la représentation des femmes à tous les niveaux de prise de décisions dans la prévention, gestion, et règlement des conflits. Elle visé aussi à mette fin à l’impunité pour les crimes sexuels, y compris les auteurs des violences sexuelles et autres violences basées sur le Genre.

            Le chef Bureau Genre à la Monusco, Elsie Effange, présente à la cérémonie de clôture a, au nom du représentant spécial adjoint pour l’Etat de droit à la Mission onusienne, salué l’option d’intensification des plaidoyers pour obliger le gouvernement à mieux s’intéresser à cet instrument international et au respect de leur engagement. Autant que le gouvernement congolais, la Monusco a déclaré haut et fort s’engager à soutenir la mise en oeuvre du Comité de pilotage à tous les niveaux (national, provincial et régional), la mobilisation des fonds et la mise sur pied du Plan d’action 1325. D’où son appel aux partenaires nationaux et internationaux à appuyer particulièrement les Congolaises pour le renforcement des mécanismes de mise en œuvre du PAN 1325 afin d’accroitre l’impact et la synergie dans la collaboration avec l’optique de grandes actions à impact visible et durable.

            Principal bailleur de cette activité, l’Agence Suédoise de Développement International (SIDA) a, par l’entremise du chargé d’affaires de l’ambassade de ce royaume européen en RDC, Christina Etzell, révélé que ce pays est en train de développer une nouvelle stratégie de la coopération Suède-RDC pour la période 2014-2018. Elle sera axée sur les résultats en se focalisant sur la sécurité humaine, la sécurité légale et les droits humains, la transparence et la redevabilité mais aussi la santé maternelle et infantile. « La Suède espère que la très prochaine révision du Code de la Famille marquera des avancées significatives dans le domaine des droits des femmes… », a-t-elle souhaité.

            Notons qu’une nouvelle session s’ouvre ce lundi 16 septembre 2013 à Bukavu(Sud-Kivu) afin de faire bénéficier aux acteurs de cette partie du pays de la même formation dispensée par des consultants de Baastel & Kartini : Nadine-Elisabeth Jubb et Georges Tshonza Mata.

Tshieke Bukasa

Leave a Reply