Réserve naturelle de Ngiri : les leaders locaux à l’écoute d’Endundo

Expliquer aux leaders de Bolomba-Bomongo-Makanza, le bien-fondé de la création de la réserve naturelle de Ngiri, dans la province de l’Equateur : tel est le but de la rencontre de mardi 30 aout, entre Endundo Bononge, ministre de l’Environnement, Conservation de la nature et Tourisme et les ressortissants de cette partie du pays sur l’érection de la nouvelle aire protégée à usage multiple.

Cette rencontre pédagogique de clarification a eu lieu à l’Hôtel de la Gombe, au quartier Le Royal, dans la même commune. Parmi les notables présents on a noté la présence du professeur Bernard Munsoko Wa Bombe, président de cette association, l’amiral Lomponda wa Botende ainsi que le député national Christophe Mayombe.
En effet, après l’érection de cette réserve naturelle riche en biodiversité par un arrêté ministériel à usage multiple et les inquiétudes qui ont gagné les esprits de la population locale à cause du comportement zélé de certains hommes en uniforme, ces leaders ont jugé bon d’entendre le premier d’entre les Congolais dans ce domaine afin qu’il leur fournissent les informations utiles qui s’imposent quant à la survie de cette population qui devra désormais cohabiter pacifiquement avec cette aire protégée pour le bien de l’humanité.

S’adressant à son auditoire face au changement climatique et aux enjeux environnementaux dans le monde actuel, Endundo a affirmé à ses interlocuteurs que l’avenir salutaire de la population était dans l’action que son ministère mène et que la population finira par tirer de dividendes de cette action dans les mois voire dans les années à venir. Car, a-t-il poursuivi, conserver une foret aujourd’hui sera plus rentable demain que de l’exploiter. Comme pour convaincre ces leaders, le ministre de l’Environnement a martelé que la protection vaut mieux que la destruction et en plus, le monde entier sait que face aux défis environnementaux, la solution se trouve chez-nous. Pour ce faire, Endundo a chargé ces leaders d’opinions de devenir les porte-parole du gouvernement auprès de la population pour lui expliquer que la donne mondiale a changé. Et comme pour enfoncer le clou, le ministre de l’Environnement a déclaré qu’il est convaincu que le pays est sur la bonne direction et le combat de tous est de gagner dans ce domaine. Car, les ressources naturelles et la biodiversité d’aujourd’hui sont telles que la Rd Congo est une grande puissance environnementale.

Quant aux mesures qui devront accompagner cette aire dont la gestion est confiée au Fond mondial pour la conservation de la nature (Wwf), une Ogn internationalement reconnue pour son combat dans l’environnement, le ministre a proposé la mise en place de ressources additionnelles pour que la population locale qui y trouvera demain de l’emploi s’approprié cette réserve. Ces ressources devront notamment permettre de construire des ouvrages d’intérêt public tels que les écoles, hôpitaux ainsi que la pédagogie et la sensibilisation de la population sur l’importance de la conservation de la nature pour éviter les effets de la déforestation.

Enfin, cette réserve riche en biodiversité servira à la fois de lieu de reproduction des animaux sauvages qui serviront par la suite à repeupler d’autres coins de la République mais aussi d’espace de champ pour les cultures, chasse, pèche et de vie pour les populations locales.
Pour le professeur Munsoko, qui s’est confié au Phare, il était important pour ceux qui habitent Kinshasa d’échanger avec le ministre pour avoir des idées claires sur l’applicabilité de cet arrêté et comprendre afin d’aplanir toutes les difficultés ayant trait au vécu quotidien des populations désormais amputées d’une partie de leur bien, car celles-ci n’ont que la foret et les cours d’eaux comme seule richesse.

A.Vungbo

Leave a Reply