Regideso : des cadres outillés en communication publique

Siège de la Regideso à KinshasaDes cadres de la Regideso  viennent de suivre une session de formation de douze  jours (10- 21juin 2013 )   à Faden House   sur la communication publique et le plan de communication. C’était avec Jérôme Mauriac, le manager de l’Institut Forhom. Les séminaristes, cadres de collaboration, dont le travail est lié d’une manière  ou d’une autre  à la communication, sont  venus de plusieurs coins du pays.   Ce séminaire a été initié par une structure technique de la Regideso dénommée  Cellule d’exécution du projet « Cep- O » Eau,  et a bénéficié du soutien financier de la Banque Mondiale. 

 Le Cep- O espère voir  au terme de cette session les « apprenants » mieux communiquer en interne et en externe.

            Plusieurs allocutions ont été prononcées le jour de la clôture. S’adressant aux séminaristes,  Mauriac a indiqué  qu’on leur a mis le pied à l’étrier. En définitive, il y a eu mutualisation des cerveaux. Et d’ajouter qu’on attend d’eux désormais  une communication  plus fluide en interne et en externe.

            Le directeur des Relations Humaines a dans une brève causerie morale  fait observer que la  direction des Ressources humaines « DRH » est une affaire de tout le monde. En gestion des ressources humaines, a-t-il indiqué, il n’y a pas de gens qui ne s’entendent pas. Il y a des gens qui ne communiquent pas.

 . Abdoul Seck a affirmé que dans une entreprise où ne communique pas, la rumeur s’installe et  les conflits naissent.

La formation est un investissement. Et comme tout s’est bien passé, on attend de vous en retour que vous soyez désormais beaucoup plus performants là où vous êtes affecté».

Un des objectifs du séminaire   était d’actualiser les connaissances des « apprenants » sur la communication et leur permettre d’établir le plan de la communication,  a-t-il souligné.

La DRH doit aider les autres directions à être beaucoup plus dynamiques.

            Et d’ajouter qu’agents et cadres de la Regideso ont intérêt à améliorer leurs performances. C’est pour cela que le programme d’eau en milieu urbain « PEMU », la Cep-o a vu le jour. La Banque Mondiale « BM » y apporte son appui. Le PEMU financé par la BM  s’étale sur plusieurs années et est coordonné par la Cep-O

 Révolution

Le  coordonnateur de la Cep-O, Jean- Louis Bongungu ,    a fait savoir  aux séminaristes que dans les deux mois qui vont suivre,  chacun doit constater avoir opéré une « révolution» là où il travaille.  «C’est dans la pratique que vous constaterez ce changement, a-t-il précisé. Le PEMU a un plan de communication ambitieux».

De ce séminaire va sortir un noyau des communicateurs vertébrés qui va s’atteler plus tard au plan de communication», a-t-il  déclaré.

Reprenant la parole, Jérôme Mauriac est revenu sur  les grandes lignes des enseignements dispensés pendant la session.  Les séminaristes, a-t-il indiqué,  étaient répartis en groupes.  Ils   ont cogité sur les objectifs de la Regideso qui consistent  à augmenter le nombre de raccordements d’ici 2016,  la communication  qui est  de promouvoir une attitude favorable en ce qui concerne les actions de la Regideso, de lister les cibles ( entre autres ménages connectés, abonnés difficiles,  )……….

            Il  a confié aux séminaristes qu’ils doivent  finaliser le plan de communication, approfondir le travail en groupe, élaborer un lexique des termes du métier…..bien sûr en harmonie avec la direction générale

Jean- Pierre Nkutu

Leave a Reply