Reconstruction des infrastructures routières, éducatives, sanitaires et sociales : le BCECO affiche un bilan positif en 2013

infrastructureDes infrastructures routières, éducatives, sanitaires et agricoles en état de délabrement avancé à travers la ville de Kinshasa et dans quelques provinces du pays, ciblées par le gouvernement central et qui donnaient à la RDC, une image peu honorable,  ont été réhabilitées en 2013, grâce à l’appui financier des partenaires techniques et financiers, sous la supervision du Bureau central de coordination ( BCECO). Aujourd’hui, ce millier d’établissements scolaires, cette centaine de centres de santé et de formations hospitalières, et ces routes, pour ne citer que ceux-là, remis en état, sont devenus non seulement confortables et rassurantes sur le plan de la sécurité, mais aussi fréquentables.

            Le bilan des actions menées par cette agence d’exécution de la Banque mondiale, pour l’année 2013, comme il faudrait le souligner, a été présenté hier jeudi 17 avril 2014 par son directeur général, Théophile Matondo Mbungu, à travers la publication de son rapport annuel.

            Ce rapport, le douzième de la série, depuis la création de cette institution en 2001, témoigne de la culture de responsabilité et d’engagement des dirigeants du BCECO. Il découle de la matérialisation de la vision de la révolution de la modernité prônée par le chef de l’Etat et est sanctionné par un bilan largement positif. A travers cette évaluation, l’opinion nationale pourra apprécier la hauteur de la contribution du Bureau central de coordination, à l’amélioration des conditions de vie de nos populations. Affichant toute sa satisfaction, Théophile Matondo a présenté le paquet des projets en cours de réalisation, dans les secteurs éducation, santé, infrastructures, et autres, dont le recrutement de 500 jeunes universitaires pour l’administration publique et l’initiative de diversification des activités du BCECO . L’un de ces projets-phares, PRRIS ( Programme de réhabilitation et de reconstruction des infrastructures scolaires), concerne la construction de 1000 écoles à travers le pays. Dans le lot, 16 écoles achevées et équipées, ont été réouvertes aux élèves à la satisfaction de leurs parents et du personnel enseignant. 17 écoles techniques seront rééquipées et 11 grandes écoles seront construites. Il reste à contractualiser les dossiers des 496 écoles avec les entreprises soumissionnaires. Dans ce même secteur, cinq facultés sont remises en état, dont deux à l’Université de Kinshasa, deux à l’Université de Lubumbashi et une à l’Université de Kisangani.  Et les entreprises chargées de réaliser les travaux de réhabilitation, très actives sur le terrain, sont déjà à pied d’œuvre. A travers ce vaste programme, l’enseignement de qualité dans un environnement convivial a retrouvé son droit de cité.

            Sur le plan de la santé, le projet PESS ( Programme d’équipement des établissements de santé)  réhabilite actuellement 200 hôpitaux généraux de référence et 1.000 centres de santé du pays.

            C’est en effet, depuis 40 ans, a-t-il soutenu, que l’exécutif n’a jamais pris l’initiative de construire un bâtiment devant abriter ses services centraux. L’histoire retiendra que ce projet s’est enraciné dans la révolution de la modernité, montrant que les anciens bureaux vétustes des ministres et vice-ministres relèveront bientôt d’un passé révolu.

            Dans le cadre de la réforme de l’administration publique, Théophile Matondo a évoqué le projet de recrutement de 500 universitaires.

            Après la sélection dépouillée de tout sentimentalisme et esprit de corruption, de 1.500 dossiers, les candidats retenus sont actuellement encadrés dans les agences d’exécution où ils attendent leur affectation dans divers services de l’Etat.

            Avec la BDEA, un projet de riziculture a été lancé dans le Pool Malebo pour la production du riz. Trois hôpitaux généraux sont opérationnels à Gemena à l’Equateur, Wangata dans la province Orientale et Dipumba au Kasaï oriental.

            Le D.G. de BCECO a dévoilé d’autres projets intéressants, tels que la construction des stades municipaux ( Prostam) dans la ville de Kinshasa, la remise en état de la voirie de la ville de Kindu, la réhabilitation de six immeubles à la Place Royal.

            Sur le plan énergétique, le groupe 16 du Barrage d’Inga est ciblé par le BCECO, tandis qu’avec des consultants, des études sont finalisées pour la construction des parcs agro-industriels pour la modernisation de l’agriculture. Le premier de ces projets est lancé à Bukangalonzo, dans le Bandundu.

                                   J.R.T. 

Leave a Reply