Recensement de la population congolaise : UNFPA accuse Kinshasa de traîner les pieds

Le gouvernement de la Rd Congo ne veut pas de l’organisation de recensement de la population du pays pour des raisons qui lui sont propres. C’est la leçon qui se dégage après le passage hier, mercredi 26 octobre 2011, à la conférence hebdomadaire des Nations Unies du représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Richard Dackam- Ngatchou.

A la question de savoir quels sont les blocages qu’a connus l’UNFPA pour recenser la population congolaise comme annoncé vers la fin de 2006. D’après le représentant résident de l’UNFPA, tous les partenaires de la RDC étaient prêts pour organiser le recensement de la population. « C’est seulement en août 2009, qu’il y aura un décret signé pour le recensement de la population congolaise. Il a fallu attendre deux autres années, c’est-à-dire en août 2011 pour que le décret créant le bureau du recensement soit signé », a-t-il déclaré. Il est maintenant clairement établi que c’est l’actuel gouvernement qui n’a pas voulu le recensement de la population.

Selon Richard Dackam- Ngatchou, la recommandation de l’ONU aux Etats membres est d’organiser le recensement de la population tous les 10 ans. « La RDC est le seul pays africain qui n’a pas organisé le recensement de sa population pendant plus de 20 ans, » a-t-il dit.
Il a poursuivi en indiquant que comme la RDC a raté les rendez-vous des années 90 et 2000, il est vraiment souhaitable qu’elle ne rate pas celui de 2014 pour organiser enfin trente ans après le recensement de sa population.

Parlant du coût du recensement, le représentant de l’UNFPA a indiqué que pour la RDC, il est évalué à 173 millions des dollars américains. Il a déploré le fait que seuls les pays africains dans le monde tendent leurs mains pour organiser leurs recensements. Il a alors donné l’exemple du Brésil qui vient d’organiser le recensement de sa population pour un coût de 800 millions des dollars américains et qui n’a pas tendu la main à la communauté internationale. Il a signalé que tous les partenaires de la RDC pour l’organisation des élections sont aussi ses partenaires pour le recensement. Il n’a pas manqué de souligner le fait que l’UNFPA a pour rôle de faire le plaidoyer pour le recensement de la population et de déplorer le fait que la RDC navigue à vue en ce qui concerne le nombre de sa population car les statistiques avancées ne sont pas fiables tant qu’il n’y a pas le respect décennal de l’organisation de recensement.

Etat de la population mondiale

Le représentant résident de l’UNFPA a annoncé qu’aujourd’hui, jeudi 27 octobre 2011, son institution procédera à la présentation du rapport sur l’Etat de la population mondiale. Il a signalé que la publication de ce rapport coïncide cette année avec un événement important au niveau mondial. « Selon les prévisions de la division de la population des Nations Unies, la population mondiale atteindra l’effectif de 7 milliards d’habitants le 31 octobre prochain, » a-t-il dit.
Ce rapport sur l’Etat de la population mondiale 2011 intitulé : « 7 milliards de personnes, leur monde, leurs possibilités » avance l’argument qu’en planifiant et en effectuant dès à présent les investissements appropriés dans la population, afin de doter les femmes, les hommes et les jeunes des capacités requises pour opérer un choix judicieux, notre monde de 7 milliards d’habitants, aura des villes prospères et durables, une main d’œuvre productive pour alimenter la croissance économique, ainsi que des jeunes qui contribueront au bien-être économique et social et un génération de personnes âgées en bonne santé.

Jean- René Bompolonga

Leave a Reply