RDC-FAO : nouveau partenariat 2013-2017

14-09-2011faoLe  Fonds  de Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a procédé  le mercredi 18 septembre 2013 à la présentation du Document du cadre de programmation pays (CPP) pour la période 2013-2017. C’était au salon Lubumbashi du Grand Hôtel Kinshasa, en présence du ministre Norbert Mbuinga  des Affaires Foncières, qui a représenté son collègue de l’Agriculture, du représentant de la FAO  Ndiaga Gueye, ainsi que des partenaires techniques et financiers qui ont contribué à l’élaboration dudit document.

 Prenant la parole pour la circonstance, Ndiaga Gueye a indiqué que l’élaboration du  CPP représente l’engagement de son organisation à travailler sur un certain nombre  de domaines prioritaires nationaux et en ligne avec ceux  du système des Nations Unies, en conformité avec  les objectifs organisationnels de la FAO, de son mandat et surtout de ses avantages comparatifs.

Considérant, les priorités nationales de la RDC définies dans le DSCRP-2, les priorités sectorielles du PNIA et du document du Programme national Environnement, Forêts, Eaux et Biodiversité, il a souligné que l’action de la FAO va se focaliser sur l’amélioration de la gouvernance  du secteur agricole, le développement des filières agricoles, la protection de l’environnement  et la  lutte contre le changement climatique.

En vue de faire face aux crises récurrentes  de l’Est, l’approche  de la FAO va consister à aider le gouvernement congolais à augmenter la résilience des populations  contre ces crises, en collaborant avec d’autres partenaires techniques et financiers. C’est dans ce cadre que la FAO va appuyer la RD Congo  à développer l’approche gestion des risques  des catastrophes  comme moyens de prévention, de préparation  et de réponse.

Toutefois, a-t-il conclu, la mise en œuvre d’un tel programme exige un engagement financier important d’environ 250 millions de dollars, soit un montant proportionnel à la grandeur  de la RD Congo. Seul un financement de 45 millions de dollars était jusque-là disponible, représentant la contribution de la FAO et autres projets en cours, financés par de nombreux  bailleurs. D’où, il a préconisé que le gouvernement congolais et la FAO montent une stratégie de mobilisation dez ressources fondée sur un engagement plus affirmé  des pouvoirs publics, une présence équilibrée au sein des instances de décision des ressources multi donatrices et enfin la consolidation des liens de partenariat avec les coopérations bilatérales et multilatérales.

Le ministre Norbert Mbuinga des Affaires foncières, qui présidait la cérémonie, s’est réjoui de l’intérêt que les bailleurs attachent au développement du secteur agricole, rural et des ressources naturelles, en vue de l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Il a rappelé qu’en vue d’un appui efficace au gouvernement, celui-ci a signé avec la FAO, en date du 17 juillet 2013, le document cadre de programmation-pays. Cette signature, d’après le ministre des Affaires foncières, a instauré une nouvelle ère de coopération  entre les deux parties, conformément au programme quinquennal 2012-2016 du gouvernement de la RDC, dont l’objectif est de consolider le taux de croissance économique annuel de façon durable pour hisser la RDC au rang des pays à revenus intermédiaires et préparer les conditions de l’émergence vers 2030.

 Melba MUZOLA 

Leave a Reply