RD Congo -Rwanda : les projets intégrateurs privilégiés

La ministre britannique des Affaires Etrangères pour l’Afrique, la Baronne Glennys Kinnock, qui séjourne en visite de travail dans notre pays depuis lundi, était reçue hier en audience par le Premier ministre, Adolphe Muzito. Celui-ci avait à ses côtés, pour la circonstance, le Vice- Premier ministre en charge de l’Intérieur, Adolphe Lumanu, les ministres Alexis Thambwe Mwamba des Affaires Etrangères, Raymond Tshibanda de la Coopération Internationale, Luzolo Bambi Lesa de la Justice et Marie-Ange Lukiana Mufuankolo du Genre, Femme et Enfant.

Leurs échanges ont porté sur l’état des relations entre le Rwanda et la RD Congo, les élections générales annoncées au pays pour 2010 et 2011, les violences sexuelles, la tolérance-zéro, et  la réforme du secteur de la sécurité. La Baronne Kinnock a fait part, au chef du gouvernement congolais, de la préoccupation de son pays de voir Kinshasa et Kigali construire de bonnes relations d’amitié et de coopération au niveau de la région des Grands Lacs. Elle a rappelé à cet effet l’idée de la mise en œuvre des projets intégrateurs pour la région et apprécié leur avancement dans la bonne direction.

Elle a pris bonne note du souci des autorités et populations congolaises d’être rassurées que les projets intégrateurs ne visent pas que le financement du Rwanda et du Burundi.

Il y a lieu de relever la volonté des deux pays de travailler sur des projets communs relatifs au gaz méthane dans le lac Kivu, à l’exploitation de l’énergie avec le projet du barrage hydro-électrique de Ruzizi II et à l’aménagement des routes transnationales appelées à sous-tendre le développement sous-régional. On fait aussi état de la nécessité de revisiter les Statuts de la Communauté Economiques des Pays des Grands Lacs (CEPGL), élaborés et adoptés il y a plus de 35 ans, de manière à les adapter aux réalités actuelles et à la volonté des Etats membres.

Au chapitre des élections, l’on a appris que la Grande-Bretagne est favorable à leur organisation effective, en dépit des contraintes matérielles, financières et celles liées au calendrier. La Baronne Kinnock a réaffirmé la disponibilité de son pays à apporter son appui financier à l’organisation de ces scrutins.

Aussi a-t-elle souhaité l’accélération du processus de réforme du secteur de la sécurité et de la police par rapport à la période pré-électorale et électorale.

En ce qui concerne les violences sexuelles, tout en reconnaissant les efforts du gouvernement dans la lutte, elle a recommandé l’application sans faille de la tolérance zéro contre les auteurs des viols sur les femmes et les filles.

                                               Jacques Kimpozo

Leave a Reply