Questeur adjointe de la CENI : Elise Muhimizi fêtée par ses co-régionaires

Sous l’impulsion de l’Association pour la défense des intérêts du Kivu(ADIB), les ressortissants de la province du Sud-Kivu, toutes tendances politiques confondues, ont organisé le 30 avril à l’ASK à Binza/Ma Campagne une  manifestation de soutien aux membres du bureau de la Commission électorale nationale indépendante(CENI), dont particulièrement sa questeur adjointe, Elise Muhimuzi. Seule femme de cette instance nationale, Elise Muhimizi, est aussi membre du comité directeur de l’ADIB.

 A cette occasion, le président de cette association, Gustave Bagayamukwe, a d’entrée de jeu salué le choix porté sur la digne fille du Sud-Kivu aux valeurs morales et intellectuelles indiscutables. « Quand nous imaginons les critères déterminants pour le choix des membres de ce bureau par rapport au nombre des hommes et des femmes de qualité dont regorgent notre pays, nous pensons qu’il est tout à fait légitime que nous soyons tous là ce soir, et cela quelles que soient nos appartenances tribalo-ethniques ainsi que nos convictions politiques… » s’est réjoui le numéro 1 de l’ADIB.

Rappelant par ailleurs à son hôte l’ampleur de ses nouvelles responsabilités, à un moment très particulier de l’histoire de notre pays, le président de l’ADIB l’a exhortée à garder et à répandre autour d’elle les valeurs positives qu’elle a toujours défendues avec ses pairs depuis des années, afin qu’aux échéances électorales prochaines, la RDC puisse servir d’exemple en Afrique avec l’organisation des élections véritablement dignes et transparentes. Pour notre part, assure Gustave Bagayamukwe, nous serons toujours disponibles pour toutes fins utiles afin que le mandat soit fructueux. 
 Il faudrait noter qu’au début de la manifestation, l’assistance a rendu un vibrant hommage tant à la mémoire des victimes du naufrage survenu la semaine dernière aux larges de Minova sur le lac Kivu, qu’à la maman Consolata Biringanine, assassinée froidement à son domicile à Bukavu dans la nuit de lundi à mardi 26 avril par des personnes en armes et en uniformes non autrement identifiées.
En guise de conclusion, le président Bagayamukwe a tenu à saluer la restauration, tant soit peu, de l’autorité du pouvoir coutumier, prélude à la culture du leadership responsable. « Nous avons très récemment assisté à une amélioration spectaculaire des rapports qui existeraient désormais entre le pouvoir coutumier et la gouvernance provinciale au point de voir le Mwami Pierre Ndatabaye, le doyen des Bami, faire route avec le Gouverneur de province jusqu’à Kinshasa en vue de prendre des engagements politiques devant renforcer les pouvoirs des uns et des autres » a expliqué le président, tout en exprimant le souhait de voir cette expression s’étendre auprès de tous les chefs coutumiers de la province du Sud-Kivu.
 Créée à Kinshasa en 1995, l’ADIB poursuit, entre autres pour objectifs, la sensibilisation et la conscientisation des membres sur la nécessité de se retrouver dans un cadre concerté pour débattre des problèmes du Kivu et de toute la région des Grands Lacs.    

      Tshieke Bukasa

Leave a Reply